En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Y a-t-il encore une place pour les informaticiens seniors ?

Mis à jour le
Y a-t-il encore une place pour les informaticiens seniors ?
 

Trop chers, pas assez compétents en nouvelles technologies? les seniors sont exclus du marché de plus en plus jeunes.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • Alain98
    Alain98     

    les SSII representant 90% du marche , pouvez vous m'expliquer comment ces seniors trouvent alleurs ?
    ce vous dites confirme que l'info est un secteur pourri on ou ne fait pas vieux os

  • Alain98
    Alain98     

    moi j'ai exactement l'experience contraire

    malgre mes 15 ans d'experience pointue en DBA Oracle dans des gros environnements (et jamais de probleme pour trouver du travail jusque la bien sur), je me suis retrouve sur la touche a 40ans (gros plan social dans une grosse SSII en 2002 ou je travaillais, ils ont vire la motie des effectifs, et comme j'etais arrive assez recemment..). Combien de fois ne m'as t-on pas dit vous etre trop experimente ou donne des pretextes les plus absurdes les uns que les autres

    J'ai carrement change de carriere, suivi une formation et quitte l'informatique (ce qui est un pas difficile a faire surtout a 40 ans).Maintenant j'ai une place fixe depuis quelques annees ou je suis tres content et aussi bien renumere qu'avec mes 15 ans d'informatique, malgre mon experience moindre.
    mon seul regret : avoir jamais travaille en informatique, infeste par des societes sans scrupules comme les SSII

  • Alain98
    Alain98     

    c'est pas une question de formation, c'est une question d'age
    en plus il faudrait dire que l'informatique est un des rares secteurs ou la competence et l'experience joue souvent contre vous (en partie parce que trop cher) . en fait les grosse entreprises ne sont plus pretes a payer convenablement pour de l'IT de qualite ou alors stupidement on fait comme tout le monde, on achete de la daube chere avec une armee de consultants qui va avec (genre SAP)
    j'ai entendu parler de grosses SSI avec une moyenne d'age de 26 ans !
    Je crois que l'informatique est de plus en plus un secteur poubelle . C'est une tres mauvaise voie pour qui a fait des etudes superieures genre ingenieur bac+5
    les possibilites d'evolution (en SSII) surtout) sont aussi tres limitees et a 40 ans vous etes out. La techno ou les formations j'y crois pas, c'est pas valorise

  • JacquesFroissant
    JacquesFroissant     

    Merci à tous pour cesz commentaires qui illustrent bien la problématique des seniors sur notre marché.

    @C C : « Cadre expérimenté », « Jeune diplômé », « Récemment diplômé » : entièrement d'accord avec vous. La démarcation ne devrait pas exister surtout si on se place sans une optique de non discrimination (autre sujet qui m'est cher).

    @Phy : Pas grave pour l'erreur. Si, si pour Nitot tu peux aussi écorcher le nom (par ex/ Nitos, Niteau, nitod,...). ;-)

  • seniorbis
    seniorbis     

    Et oui les SSII me retiennent pour mon expérience puis très vite vient la question de Java, .net et ... merci on vous écrira.
    Et pourtant avec 25 expériences j'ai dû changer plus souvent de techno et méthodes que les jeunes qui n'ont connu que cette techno.
    Voir des jeunes ingénieurs narquois se ruer sur un terminal pour saisir des commandes LINUX me fait bien marrer, ça ressemble fort à du dos et des .bat de la fin des années 80 non?
    Tant pis pour les vieux de 30 ans et tant mieux pour les jeunes.
    ;-)

  • Phy.
    Phy.     

    Désolé, Jacques... C'est la rançon du début de la célébrité, on commence à vous connaître mais on écorche votre nom. C'est pas à Tristan Nitot que ça arriverait...

  • c'est C C
    c'est C C     

    Je confirme votre témoignage:
    J'ai choisi de reprendre mes études à la quarantaine et passer du camp des fonctionnels à celui des développeurs dernières technologies. Je suis carrément fan !

    Comme tous ceux de ma promo, à la sortie de notre Master, j'ai commencé par rencontrer des SSII .
    Je pensais reprendre ma carrière au même niveau que mes camarades, mes prétentions étaient à la hauteur d'un jeune diplômé.

    Devant les réponses négatives peu argumentées des RH, j'ai rapidement décidé d'obtenir une réponse franche. Le responsable du recrutement de chez « Cap MiniMini » (une SSII dont je tairai le vrai nom) a finalement craqué devant mon insistance et lâché ce qui suit :

    « A votre age on ne propose plus de mission en développement ou de consulting, on passe à de la gestion de projet ou des missions à caractère commercial. Ors, vous n'avez pas assez d'expérience en développement donc vous ne pouvez pas passer sénior.» CQFD.

    Personne ne m'avait préparé à cela. Durant mes trois années de formation, tous ceux que je croisais n'avaient qu' admiration et respect pour mes résultats et mon parcours.
    Quand on mène un tel projet à son terme dans le respect des délais et des coûts qui m'étaient autorisés ... Qui peut mettre en doute ma capacité à gérer un projet ?

    Les SII ne sont pas les seuls responsables.

    Les RH craignent de rompre l'homogénéité d'une équipe en intégrant une personnalité plus expérimentée. Mais probablement est ce là la projection de leur propre image, complètement dépassée par les TIC, qu'ils renvoient à leurs problématiques.
    Ils ignorent complètement que les NTIC sont porteuses d'un mode de vie, une façon de penser dans lesquels la notion d'age n'a pas sa place.

    Les spécialistes de l'emploi sont fermés à l'existant, incapables de saisir l'évolution sociétale qui se joue sous leur nez :
    Je ne suis ni « Cadre expérimenté » ni « Jeune diplômé » mais « Récemment diplômé ». Je le revendique. Un profil inexistant, sur aucun des sites de recrutement. Je l'ai d'ailleurs suggéré, sans succés, à l'APEC...

  • Phy.
    Phy.     

    J'ai été lourdé dans les télécoms à 43 ans et en moins de 3 mois, j'ai été recruté par une SSII qui a repéré elle-même mon CV sur internet. Le client a apprécié ma bouteille. Je veux bien admettre qu'il y a des cas particuliers à toutes les règles générales, mais le discours de Jacques Froissart est tellement évident... que je m'en méfie ; et je me demande si la réalité est aussi simple. Quand on a 40 ans, on a un capital énorme en terme de savoir-faire. Certaines SSII ont notre âge ; les dirigeants peuvent se rendre compte de l'ineptie de vouloir à tout prix placer des petits jeunes qui codent n'importe comment : l'image est importante, deux ou trois mauvais coups chez un client et la SSII peut se retrouver grillée... avoir une réserve de seniors pointus, capables d'apprendre et donc de s'affûter sur d'autres sujets, n'est pas forcément un mauvais calcul.

    Je suis trop jeune comme senior pour savoir si les SSII ont cette intelligence-là... je verrai d'ici quelques années.

  • zouk_zouk
    zouk_zouk     

    Les SSII sont incapable de produire du code correcte ! En mettant des débutants sur tous leur projet, le code fourni par ces société est pourri ! Les directeurs techniques , plus agés, sont resté pour leur capacité à faire du vent, leur grande gueule pour diriger et leur réseau mais pas pour leur compétance : du coup , ils sont incapable de piloter les plus jeunes ou de les choisir. Dans ces sociétés , il n'y a aucune capitalisation des connaissance et c'est comme si vous construisiez un nouveau gratte ciel avec des jeunes (parfois plein de talents) mais sortis d'un lycée professionel de maçonnerie : résultat : ça s'écroule!
    Les experts existent mais interviennent trop tard ou pour jouer aux pompiers !
    Il ne faut pas s'étonner que 2 projets sur 3 s'effondrent ou doivent être réécrits !
    Le B A BA du développement n'est pas connus : Bons index dans les des bases de données, gestion correcte des accès concurrents etc ...
    L'informatique professionnelle (de gestion) reste du bricolage hors de prix !

  • Mpok
    Mpok     

    C'est pas d'aujourd'hui que les SSII réagissent ainsi (mais la crise actuelle ne fait que renforcer les choses).

    Dix ans en arrière, le concept "d'utiliser" les nouveaux diplômés puis de les virer ou les pousser au départ parce qu'ils devenaient trop chers (même sans demander d'augmentation, le principe voulait que le salaire augmentait en fonction de l'ancienneté, en tout cas dans les SSII performantes à l'époque) était une chose courante.

    En fait, ce mode de gestion des ressources humaines est LA BASE du fonctionnement des SSII :
    - recruter les meilleurs ingénieurs débutants avec un salaire élevé.
    - les utiliser au maximum pendant les premières années (le salarié n'a pas l'impression d'être exploité, puisqu'il se forme lors de ses différentes missions, et qu'en plus son salaire évolue..).
    - après cette période, 5% (environ) des "consultants" se voient proposer un poste de "chef de projet"... Vous avez intérêt à accepter, même si cela signifie souvent changer de métier (travail administratif).
    - les autres (et ceux qui ont refusé la proposition précédente) se voient alors proposer des missions sans intérêt.
    - et finalement, un "consensus" est proposé au salarié devenu trop cher pour quitter la SSII...

    Ce "fonctionnement" est en vigueur depuis le début de l'existence des SSII, c'est même la base du "modèle". A part quelques experts sur certains domaines très particuliers, vous ne trouverez guère de consultants de plus de 40 ans dans ces SSII.

    La crise actuelle n'a fait (au moins dans certaines entreprises) qu'avancer l'âge de "mise à la retraite forcée", et donc de rendre le phénomène plus "visible" pour les médias comme 01Net..

    A la question originelle : "Y a-t-il encore une place pour les informaticiens seniors ?", je répondrais :
    OUI, bien sûr... Mais PAS EN SSII.
    Aucune SSII n'embaucherait aujourd'hui un plus de 40 ans, même pour un contrat particulier (je conçois néanmoins qu'il puisse y avoir des exceptions).

    En revanche, certaines entreprises (souvent "clientes" des SSII) sont plus encleintes à considérer l'expérience des "séniors" comme un avantage réel, et à vouloir recruter ces personnes. Cela peut venir d'un besoin particulier sur certaines techno/langage/système ou bien tout simplement parce que le "senior" en question aura su convaincre le décideur de son sérieux et de son expérience (n'oublions pas que le recrutement est avant tout basé sur un rapport humain..)

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire