En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le Dow Jones et le S&P 500 ont pulvérisé leur record historique en clôture après les annonces de la Fed.
 

Les deux principaux indices américains ont clôturé à des niveaux record ce mercredi 18 septembre après que la Fed a annoncé maintenir à un niveau équivalent ses mesures de soutien à l'économie.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • habon
    habon     

    Mes chères contrariées, mes chers contrariens ! La grande nouvelle qui est tombée hier soir à plus de 21h00 est évidemment « l’immense surprise » de la décision de la FED, la Banque centrale américaine, qui a décidé finalement et « contre toute attente », prenant tous les marchés à « contre-pied », de poursuivre sa création de fausse monnaie et de continuer à inonder les marchés. Alors évidemment, je ne résiste pas à vous le dire : je vous l’avais bien dit. C’est facile, certes, mais cela fait toujours plaisir d’avoir raison surtout envers et presque toute la pensée dominante. La FED avait méticuleusement préparé le terrain, affûté sa communication pour qu’une réduction même modeste passe comme une lettre à la poste, et il est fort probable que si Ben Bernanke avait annoncé un petit « taper » comme on dit en américain dans le texte, c’est-à-dire une très légère réduction même symbolique de quelques pauvres milliards de dollars, cela n’aurait sans doute pas déclenché de cataclysme sur les marchés financiers. Le petit souci tient justement dans l’emploi du conditionnel. « N’aurait sans doute pas »… mais ce n’était pas une garantie absolue. Le compte à rebours vient de commencer ! Il est donc une certitude ce soir. Peu importe les discours contradictoires auxquels vous êtes soumis. Peu importe l’espérance de votre voisin qui ne veut pas croire que l’on ne puisse plus rien faire à part contempler l’effondrement qui arrive, inéluctable. Le compte à rebours vient de commencer. Il est désormais clair et limpide pour tous que nous n’avons plus aucun choix à part celui de la fuite en avant avec toutes les conséquences que l’on connaît à l’avance. Alors je vais laisser la parole à une voix officielle avec qui, pour une fois, je partage l’analyse et le constat. Ce n’est cette fois-ci pas moi qui vous dis de vous préparer mais le Roi des Pays-Bas à sa population dans un discours exceptionnel. Écoutez-le, car lui, au moins… vient de prévenir officiellement son peuple, sa population, ce qui change des propos lénifiants d’une Moscovici aussi menteur qu’un arracheur de dent, d’un Ayrault au charisme d’huître (je sais, c’est méchant pour les huîtres) ou à la fatuité d’un Hollande. C’était mardi… au Parlement : « L’État-providence classique se transforme lentement mais sûrement en une société de participation. À tous ceux qui le peuvent, il est demandé de prendre ses responsabilités pour sa propre vie et pour son entourage. » Le message n’est-il pas clair ? Limpide ? Préparez-vous et vite. Quant au président de l’Eurogroupe, néerlandais lui aussi, il a rajouté après le roi : « Une solution rapide et sans douleur n’existe pas… » Je vous l’avais bien dit aussi. Mais au-delà de la satisfaction intellectuelle d’avoir raison, les temps qui s’annoncent seront sombres. Préparez-vous. Et cela tient en peu de chose. Maison à la campagne avec terre, potager et permaculture, sans oublier les poules ! De l’or et des boîtes de conserves. Il y a plein d’autres choses à prévoir et anticiper mais avec ces trois paramètres, vous aurez la base indispensable pour faire face à ce qui arrive. Le compte à rebours a commencé… et je pourrai vous dire dans pas si longtemps que cela…. Je vous l’avais bien dit. Ce sera sans doute l’un des derniers numéros du Contrarien Matin avant qu’Internet ne soit coupé. À demain… si vous le voulez-bien !! Charles SANNAT http://www.lecontrarien.com/

  • habon
    habon     

    [Contenu Modéré]

  • habon
    habon     

    Ben Bernanke (Fed): L'homme le plus productif de l'histoire des Etats-Unis Durant ses 7 années en tant que président de la Fed, Ben Bernanke a imprimé plus d'argent que durant toute l'histoire des Etats-Unis. La dette fédérale des États-Unis entre 2006 et 2013 est passée de 8,4 mille milliards de dollars à 16,8 mille milliards de dollars. En gardant à l'esprit qu'il a fallu 230 années pour que la dette américaine atteigne 8,4 mille milliards de dollars au début de 2006, Bernanke a réalisé un véritable "exploit".

  • eric44
    eric44     

    Très bonne nouvelle pour la finance, mais très mauvaise pour l'économie. Les marchés US sont à leur plus haut historique tandis que la FED nous dit que l'économie est malade. On savait la finance et l'économie déconnectées, mais à ce point ! Cela dépasse l'entendement. L'Europe va voir ses exportations fondre grâce à un dollar sous-évalué et la montée du cours du baril ne va rien arranger. Le CAC flambe, l'euphorie gagne en se disant que nous sommes loin du Dow Jones, mais nos économie ne sont pas florissantes. Une bulle giganstesque est en train d'arriver à son paroxisme et le mieux qui puisse arriver est qu'elle éclate le plus tôt possible pour éviter le CRAC US.

Votre réponse
Postez un commentaire