En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Dominique Cerutti compte doubler les capitaux  émis par les PME et ETI sur les marchés
 

L’opérateur boursier va prochainement ouvrir une Bourse dédiée au financement des PME et des ETI. Ce jeudi 6 novembre, son directeur général adjoint, Dominique Cerutti, donne à à BFM Business plusieurs précisions sur cette future Bourse.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Didier Salwa
    Didier Salwa     

    L’industrie financière ne peut pas trouver de rentabilité avec les PME dont la capitalisation est inférieure à 20 M€, et encore moins avec les petites entreprises.
    Il est cependant nécessaire que la bourse joue son rôle au service du développement de l’économie Française.
    Le (re)développement d’un réseau de nouveaux intermédiaires, à l’instar des anciens "courtiers en valeurs mobilières", spécialisés dans l’intermédiation entre les TPE & PME et un marché d’actions leur étant accessible est la solution proposée par Love Money et le CIIB (voir http://introduction-en-bourse.blogspot.fr)

    Parmi les 400 000 TPE françaises, qui emploient de quatre à vingt salariés, le CIIB estime possible d’en sélectionner 1 000 sur une période de 5 ans, soit 0,25%.
    Ces TPE doivent pouvoir lever auprès d’une épargne locale, les fonds propres nécessaires à leur développement, sur une base moyenne de 100 K€ à 400 K€ par an et par entreprise,
    Cette sélection avec collecte de souscriptions, sera réalisée à raison de
    75 la première année, 150 la deuxième année, 300 la troisième année, 500 TPE la quatrième année.
    Chaque TPE sélectionnée pourrait créer 20 à 50 emplois dans les cinq ans suivant la mise en place de son marché d’actions.
    Ce serait de 20 000 à 100 000 emplois qui seraient concernés sur cinq ans, et redonnerait tout son sens à l’actionnariat et aux marchés d’actions.

Votre réponse
Postez un commentaire