En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

(CercleFinance.com) - Les émissions obligataires des pays périphériques et des banques sortent à un rythme soutenu depuis le début de l'année et trouvent facilement preneur: le retour de 'l'appétit pour le risque' n'est pas une légende et les

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Italiano in Germania
    Italiano in Germania     

    Trouver une solution au problème des excédents et des déficits des balances commerciales entre les pays est primordial si nous voulons éviter une guerre des monnaies. Tout déséquilibre est néfaste, même si dans un premier temps il peut paraître avantageux pour le pays qui par son excédent commercial exporte son chômage et développe son économie aux dépens des autres pays moins forts, comme c'est le cas de l'Allemagne à l'intérieur de l'Union Monétaire. Les pays déficitaires n'ayant plus la possibilité de regagner en compétitivité par des dévaluation périodiques comme dans le passé. Ces déséquilibres des balances commerciales dans l'Union Monétaire sont la vraie cause de la crise et des problèmes de la dette.
    La libre circulation des marchandise doit être limitée à un échange commercial équilibré dans son ensemble.
    Il faut donc un équilibre entre la production et la consommation dans tout pays.
    Avec les moyen de production modernes un pays comme la Chine serait en mesure de subvenir aux besoins du monde entier ! Oui mais alors avec quoi payer ces produits?
    L'Allemagne inonde l'Union Monétaire par son excédent commercial et essaye de se faire payer par la marchandise « jeunes hautement qualifiés » La production industrielle de l'Italie a baissé de plus de 25% depuis 2007. On revient au service du travail obligatoire (STO) sous un autre forme, obligatoire par le chômage et non par la loi.

Votre réponse
Postez un commentaire