En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
François Rebsamen s'est voulu rassurant quant aux effets sociaux du plan d'économies d'Areva.
 

Le ministre du Travail a réagi aux mauvais résultats du groupe nucléaire, assurant qu’aucun licenciement n’interviendrait. Pour autant, des suppressions de postes ne sont pas à exclure.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Google-114446506188307414124
    Google-114446506188307414124     

    Suppression de poste sans licenciements ? Langage de l'ena!

  • beaudolo
    beaudolo     

    Dormez tranquille braves gens, il n'y aura pas de licenciements, on fera payer les dettes d'Areva par les contribuables!

  • Facebook-830482023649710
    Facebook-830482023649710     

    Le ministre du Travail a réagi aux mauvais résultats du groupe nucléaire, assurant qu’aucun licenciement n’interviendrait. Pour autant, des suppressions de postes ne sont pas à exclure.

    Ce sont des éléments de langage, c'est comme remplacer la Troïka par Les Institutions. Lorsqu'une entreprise est en très grande difficulté suite à des erreurs de stratégies (stratégie intégrée et EPR hors marché trop coûteux et trop élaboré comme le Rafale soit dit en passant), les réductions d'effectifs font partie des décisions graves et désagréables qui doivent être prises pour assurer la pérennité d'une entreprise.

    L'Etat en tant que principal actionnaire (22% en propre et 62% via le CEA) assume mal ces décisions.

    C'est un comble quand on sait qu'à la table des Conseils d'Administration auxquels siège le même Etat, il est parmi les plus agressifs et gourmands en terme de retour de dividendes.

    Le courage politique c'est aussi assumer ce genre de décision ou privatiser Areva.

Votre réponse
Postez un commentaire