En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
A San Franciso, de jeunes cadres se sont mis au LSD pour être plus performants au travail.
 

Pour être plus productifs et créatifs, certains jeunes cadres de la Silicon Valley ont remplacé la caféine par des micro-doses de ce psychotrope prohibé. Un phénomène dont l'ampleur est encore méconnue. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • auditeur
    auditeur     

    Les jeunes cadres de la silicon valley ne se demandent pas ce que leur patron peut faire pour eux, mais ce qu'ils peuvent faire pour leur patron.
    Le pourcentage de réussite au bac risque encore d'augmenter ... grâce aux vertus de l'homéopathie (un poison pris à une dose infinitésimale serait réputé salutaire ?).
    Ne serait il pas temps de nous laisser vivre "sainement" .... Comme autrefois (soi-disant) ? ... Sans polluants, sans lsd ?
    Sans records, sans compétion ?

  • grognon
    grognon     

    l'article ne dit pas non plus les effets à long terme ce qui me parait irresponsable. J'ai cherché sur la toile, et j'ai trouvé que la prise de micro-doses entrainait une tolérance et qu'il fallait augmenter les doses (fréquences et/ou dosage).

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à grognon)

    Tolérance mais pas d'accoutumance, le LSD est une substance catégorie psychotrope, hallucinogène et dangereuse à plus ou moins long terme, pour la psyché et les neurones de ceux qui en abusent.
    A faible dose une fois de temps en temps ça peut avoir des effets intéressants, ça augmente/perturbe les sens et la perception de la réalité mais ça peut aussi traumatiser et "bloquer" une personne; bref c'est certes pas une drogue tel qu'on l'entend, par contre il ne faut vraiment pas banaliser son usage.

  • grognon
    grognon     

    Ca s'appelle du dopage, encore une fois la concurrence libre et non faussée va en prendre un coup.

Votre réponse
Postez un commentaire