En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Pierre Gattaz veut reprendre la main sur le dossier du dialogue social en entreprise.
 

La négociation entre syndicats et patronat ayant échoué, une loi viendra réformer le dialogue social en entreprise. Du coup, le Medef est prêt à rétropédaler.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • sclp
    sclp     

    Le MEDEF ne prend aucun risque. Il demande a chaque fois le maximum pour lui et entreprises (les grosses), et le minimum pour les travailleurs, en espérant que ça passe. Pour obtenir 80% de quelque chose, il faut en demander 120%. Ils savent aussi que l'état sera toujours derrière pour les aider, comme la manne des contrats de responsabilité qui n'ont d'effets que les courbes de chômage que l'on sait.

  • sclp
    sclp     

    Le MEDEF ne prend aucun risque. Il demande a chaque fois le maximum pour lui et entreprises (les grosses), et le minimum pour les travailleurs, en espérant que ça passe. Pour obtenir 80% de quelque chose, il faut en demander 120%. Ils savent aussi que l'état sera toujours derrière pour les aider, comme la manne des contrats de responsabilité qui n'ont d'effets que les courbes de chômage que l'on sait.

Votre réponse
Postez un commentaire