En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

État d’urgence: patronat et syndicats inquiets...mais pas pour les mêmes raisons

Pierre Gattaz (Medef) et Philippe Martinez (CGT) ont exprimé leur inquiétude auprès de Manuel Valls.
 

Conséquences pour les entreprises, baisse de fréquentation des commerces, mais aussi interdiction de manifester…Les différentes organisations patronales et syndicales ont fait part de leurs inquiétudes au gouvernement.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • rienafoutre
    rienafoutre     

    n'ayez pas peur, le salarié payera le patron sera toujours dans son palace doré c'est comme ça en capitalie!

  • ABC90
    ABC90     

    pas encore une victime enterrée ... et la CGT se faire remarquer , continue de braver les interdits .... La CGT ne sait pas ce qu'est l'état d'urgence ?

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    j'irais manifester ci cela me chante
    personne ne m'enlevera cette liberté
    ni daesh , ni une interdiction conséquence de daesh

    ABC90
    ABC90      (réponse à MANENTIAL )

    ridicule ... l'extrême gauche nous gonfle

  • rigolo
    rigolo     

    C'est deux "bouffons" s'inquiètent, l'un pour son porte- feuille, l'autre n'a rien compris au problème et serait près à envoyer ses ouailles dans la rue.
    C'est du n' importe quoi !!
    Pauvre France, je ne suis pas étonné si nous en sommes là avec des guignoles comme cela aux commandes.

    facebook33462481
    facebook33462481      (réponse à rigolo)

    L un a créé une superbe entreprise , l autre n a jamais rien branlé. ...

  • Jean Jacques chollez
    Jean Jacques chollez     

    Comment prendre un bon médicament quand vous n'arrivez pas à l'avaler..prenez le en suppo!. Avec deux soignants de cet acabit, ils vous le feront prendre...

Votre réponse
Postez un commentaire