En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le modèle de scop comme Mondragon est-il condamné?
 

Fagor Electrodomesticos a déposé le bilan le 13 novembre. Le modèle coopératif unique au monde du mastodonte Mondragon, dont fait partie la scop d'électroménager, est de ce fait montré du doigt. A raison?

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • bafb88
    bafb88     

    Pas forcément une remise en question du modèle coopérativiste!

    C'est FagorBrandt qui a déposé le bilan en France. Cette structure ne pouvait plus payer ses fournisseurs depuis longtemps. Cela fait même peut-être plusieurs années qu'il aurait fallut stopper cette descente aux enfers.
    Mais la maison mère, Fagor était là... remettant de l'argent dans sa filiale jusqu'à cette année...
    La coopérative fonctionne puisqu'elle a décidé de dire "non" à la poursuite de la mauvaise gestion de Fagor. Peut-être aurait-elle dû arrêter plus tôt?

    Et l'Etat Français, combien a-t'il injecté dans Brandt depuis 20 ans ? Où sont partis les bénéfices passés ? Qui finance aujourd'hui le chômage partiel chez Brandt... et qui réinjecte de l'argent pour redémarrer la production dans une structure qui est en faillite et pour laquelle nous n'avons aucune visibilité sur sa rentabilité future. Pourquoi n'a ont pas mis cette entreprise sous tutelle plus tôt puisqu'elle courrait déjà à sa perte depuis plusieurs années? Qui gère à ce jour FagorBrandt? Le tribunal? Mais aidé par qui? Les managers en place chez FagorBrandt, ceux là même qui tenaient le gouvernail ces dernières années!?

    J'espère sincèrement que notre gouvernement a sérieusement analysé le dossier avant de céder au chantage à l'emploi. Et surtout que la période avant la vente ne soit pas trop longue et trop coûteuse pour l'Etat...

    Les salariés n'ont vraiment pas mérité ce qui leur arrive... J'espère qu'ils rebondiront vite.

Votre réponse
Postez un commentaire