En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Pour Laurent Berger, le chômage pourrait se résorber en investissant, et en développant la qualification et la formation.
 

Contrairement à ce que dit le Medef, le coût du travail n'est pas le seul frein à l'embauche, met en garde Laurent Berger, dans le JDD de ce 20 décembre. Il estime d'ailleurs que le pacte de responsabilité n'a pas atteint son but.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • walter-walt
    walter-walt     

    Pour le batiment c'est pareil !!! Vous proposez quand des maisons autonome ? en énergie passive ? c'est ça qu'ont attend ,et en Allemagne c'est déjà comme ça ,avec mon père qui est formateur dans le BTP ,il va souvent prendre des ressources en Allemagne pour former les mecs de demain !

    lacontesse
    lacontesse      (réponse à walter-walt)

    Les artisans en France rechignent déjà avec la RT2012. C'est l'esprit des français qu'il faut changer. La passive house est un truc de bobos pour les gens ici. Quand vous pensez qu'on se chauffent à l'électricité....

  • walter-walt
    walter-walt     

    Ou sont en France ,les usines de demain ??? Elles sont ou ? Avec tout les milliards qui ont été mis sur la table ,nous ne voyons rien de concret ,alors qu'ils peuvent fabriquer des voitures qui roule hydrogène ,d'ailleurs c'est Air Liquide qui a le brevet pour les station service H2O

  • ricle
    ricle     

    La notion du coût du travail n'a de sens que dans la comparaison de prix des produits ou services équivalents à l'échelle internationale. La valeur ajoutée est bien plus pertinent. Qu'importe le coût du travail supérieur chez Volswagen par rapport à Renault. La valeur ajoutée est supérieur chez nos voisins. L'investissement, la qualification et la formation existent déjà. Il y a tout ce qu'il faut déjà.
    Nos entreprises du CAC font l'essentiel de leur CA à l'export. Ce qu'il faudrait c'est augmenter nos exports pour une balance commerciale encore plus excédentaire. Ce n'est pas une politique d'offre ou de demande qu'il faut. Nos entreprises ont beaucoup à offrir. Ce qu'il faut c'est développer les "comptoirs". C'est dans le commerce extérieur qu'est la source de la richesse d'un pays.

    lacontesse
    lacontesse      (réponse à ricle)

    Vous avez raison pour la balance commerciale mais nous ne sommes pas l'Allemagne. La France a toujours fait des productions de très grandes séries mais à faible valeur ajoutée. Elle se trouve confrontée à la concurrence des produits à main d'ouvre peu chère. L'Allemagne fabrique des produits à forte valeur ajoutée et d'un segment supérieur. Elle est moins en concurrence que nous. On le voit sur des productions françaises de luxe, elles fonctionnent comme jamais. Nous devons migrer vers une économie futuriste et nous devrions mettre le paquet dans les EnR et les stockage d'énergie (hors batteries)
    L'avenir ne se fait pas en repassant les plats réchauffés des années 50.

  • sortilege
    sortilege     

    impossible vu que le patronnat a fait campagne pour le ps afin de garder ses salariés détachés !!!

Votre réponse
Postez un commentaire