En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Medef
 

Une réunion entre le Medef et ses adhérents sur le dialogue social a tourné au vinaigre mardi. Ulcérés par le compte-pénibilité, les chefs d'entreprises se radicalisent, et l'organisation patronale est dépassée.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • HeyBaal
    HeyBaal     

    On en viendrait presque à croire que c'est le Medef qui fait la politique en France :)
    Et oui, les patrons sont en colère, c'est à cause du Medef.
    C'est bien le Medef qui décide de la fiscalité, qui est à l'initiative du compte pénibilité et ce genre de chose.
    Surtout ne cherchons pas plus loin :D
    Sinon il ne faudra plus demander des études de popularité à des sondeurs mais à des spéléologues.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Le medef est dirigé par des patrons du CAC40.
    Sa tête et sa base sont deux mondes différents.

    Au final c'est un peu comme en politique quand les dirigeants votent des lois pour eux, contraires aux intérêts de leurs électeurs.
    Sauf que le chef d'entreprise moyen a une plus grande culture économique que l'électeur de base.
    Et il vote à droite, si ça peut vous donner un petit indice.

  • gouik
    gouik     

    Le patronat râle contre la seule chose de bien faite par le gouvernement pour l'ouvrier, faire que celui qui trime physiquement parte avant en retraite que le bureaucrate, car ils se plaignent d'une usine à gaz mais proposent de la supprimer, non de la modifier ou simplifier, en bref dès que c'est en faveur de l'ouvrier cela ne les intéresse pas, c'est vraiment des ab....

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à gouik)

    Tiens, un adepte du "PMU" qui vient nous parler du fabuleux monde de la théorie en balayant d'un revers de la main les contraintes pratiques.
    Et si tu laissais les grandes personnes discuter des problèmes compliqués ?

    alexterieur
    alexterieur      (réponse à gouik)

    Que ce soit en faveur de l'employé, ouvrier, . . . ok; mais pas au détriment de l'entreprise, qui en l’occurrence est soumise à délivrer + - 15 déclarations ne serait ce que dans le domaine social, ce sont bordereaux, déclarations, récapitulatifs, état nominatifs, relevés, sans compter la tenue de certains registres, et autres plaisanteries, après évidemment il ne faut pas oublier les obligations fiscales, comptables . . . etc . . . .

    Pour votre gouverne une des difficultés des entreprises hormis le problème du surcout des charges, est justement ce mille feuille sans cesse plus contraignant d' obligations administratives qui est un véritable frein pour beaucoup d'entreprises, ce que l'état reconnait d'ailleurs

    L'état veut soi-disant simplifier la vie des entreprise, apparemment avec ce compte ce n'est pas le cas, c'est simple qu'il se charge lui même d'assurer ce suivi, beaucoup de fonctionnaires sont sous employés, ou bien encore les territorialités qui ont pléthore d'effectifs, qui se tournent les pouces

    Elminster
    Elminster      (réponse à gouik)

    Évidement, cela se résume à effectivement une usine à gaz et une nouvelle taxe de plus.

  • R1
    R1     

    Cette colère est largement orchestrée par G.Roux de Bezieux bras armé de Sarkozy au sein du MEDEF.
    Gattaz a force de faire le grand écart entre les colombes et les faucons risque la déchirure musculaire......

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à R1)

    Et oui les types qui créent des entreprises, négocient à l'étranger, gèrent la concurrence, les ressources humaines, l'innovation et la recherche, sont des gens naïfs qui se laissent manipuler.
    Ou pas.

  • simple citoyen
    simple citoyen     

    "Sur le terrain, les chefs d'entreprises sont exaspérés et les organisations qui les représentent ont bien du mal à canaliser leur colère".
    Tout est dit.
    Depuis quand les organisations patronales ont-elles vocation à canaliser la colère de leurs adhérents?
    Quant aux usines à gaz à répétition qui occultent des transferts massifs au profit toujours des mêmes, il y en a assez.

  • maxerem
    maxerem     

    Rien en commun avec le MEDEF, mais j'ai vu le comportement d'un inspecteur du travail avec un artisan ( 4 compagnons et 1 apprenti depuis 2 générations ) à propos de problèmes administratifs, j'imagine le compte pénibilité ....
    Simple, pas de successeur, boite fermée, personne n'avait vocation à passer ses dimanches à faire de la paperasse et à payer des pénalités s'il manque un formulaire . Basta !
    Ça aussi c'est de l'emploi qui fout le camp !

  • Christophe22300
    Christophe22300     

    Les français boudent les politiques, les salariés boudent leurs syndicats, les petits patrons aussi... Ça commence à sentir le roussi. Les gens en ont marre de ces gens qui dirigent tout depuis Paris et qui sont totalement déphasés avec leurs bases. La révolution est en route. En tout cas j’applaudis les actes de désobéissance civile et fiscale. Trop c'est trop.

  • Gromalin
    Gromalin     

    La complicité entre le medef et les gouvernements successifs commence à sérieusement se voir. Les pme, pmi et autres artisans commencent a se rendre compte qu'ils se font flouer par leur propre syndicat.

  • ABC90
    ABC90     

    pauvre MEDEF qui perçoit depuis plus de 20 ans des milliards d'aide sans jamais enrayer le chômage ....... on pleure pour eux ..... franchement avec le système informatique ,il n'est pas difficile de pointer la pénibilité pour ceux qui partiront à la retraite en sachant qu'ils vont mourir 8 ans avant eux

    MANENTIAL
    MANENTIAL       (réponse à ABC90)

    ont vas pleurer pour eux.....

    davidabell
    davidabell      (réponse à ABC90)

    Comme il vous est facile d'"oublier" les 40 milliards ponctionnés sur les entreprises par le gouvernement pour ne vous souvenir que du CICE.

    Apparemment, taxer les entreprises comme jamais avant et leur rendre la moitié au compte-goutte (car les 20 millions on en parle mais ils n'ont pas été versés au contraire des impôts supplémentaires qui ont bien été recueillis) ça ne crée pas d'emplois!!!

    A la surprise générale!!!

    Je suis d'accord avec vous par contre que le Medef se prêtant à cette mascarade avec ces pins ridicules du million d'emplois (qui donnait l'impression que le Medef n'embauchait pas juste pour faire bisque-bisque-rage à Mr. Hollande) a en complètement tort.

    Mais le fait que les leaders du Medef sont ignorants de l'économie ne veut pas dire que le système du "taxons toujours plus puis créons des usines à gaz pour rendre une partie de l'argent tout en contrôlant toujours plus les entreprises" soit intelligent...

Votre réponse
Postez un commentaire