En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le Medef veut créer une "prime" pour les bénéficiaires du CSP qui trouvent un emploi durable avant la fin du dispositif.
 

L'organisation patronale va proposer un projet d'accord sur le Contrat de sécurisation professionnelle. Il veut baisser l'allocation et durcir les conditions d'accès au dispositif.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Le nouvel homme fort de la droite
    Personne n’ira lui compter les poux sur la tête. Aucun journaliste n’ira mesurer sa représentativité au nombre, immense, de personnes qui se sont mobilisées à son appel cette semaine. C’est comme si leur faiblesse numérique était gage de son influence. Comme lorsqu’il troqua la casquette de porte-parole des « entrepreneurs de France » pour celle de porte-voix de la mince couche oligarchique qui y est le plus lourdement assujettie en réclamant la suppression de l’ISF. On peut penser d’ailleurs que c’est son statut de membre de l’oligarchie qui vaut à Pierre Gattaz ce dialogue institutionnel privilégié avec l’Elysée et Matignon.

    La position de Gattaz, nouvel homme fort de la droite, est révélatrice de ces périodes où la politique est devenue une sphère vide de sens. Traditionnellement, les plus riches faisaient porter leurs intérêts sociaux par d’autres, généralement à droite, qui pouvaient les habiller d’intérêt national. Avec Gattaz ils apparaissent dans leur crue nudité. Mais il faut dire que l’avidité des puissants a été décrétée comme légitime. Ainsi c’est Gattaz qui porte maintenant cette revendication historique de la droite et de l’extrême droite.

    C’est un échec pour Nicolas Sarkozy et pour le Congrès du FN. Et l’un et l’autre sont vécus comme inutiles voire contreperformants pour se faire les porte-paroles des intérêts de l’oligarchie. Il faut dire que Gattaz offre lui le vernis d’un entrepreneur « de terrain » même si ce statut n’est en fait guère compatible avec la fonction, bénévole et à temps plein, de président du MEDEF.

    Toujours est-il que cette volonté de « faire soi-même » est un puissant moteur de la révolution citoyenne. L’état d’exaspération qui règne, même à droite, contre les porte-parole traditionnels de leur camp, doit nous faire réfléchir. L’heure est à repenser la représentation politique comme l’ont fait en premier les jacobins. Tant celle-ci est malgré tout nécessaire. La révocabilité permet par exemple de repenser la responsabilité des élus. Il faudra aller dans cette voie. Une tâche pleinement aux dimensions d’une assemblée Constituante.

  • gouik
    gouik     

    De mieux en mieux...

Votre réponse
Postez un commentaire