En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
C'est dans les professions libérales et chez les cadres supérieurs que l'on rencontre le taux de satisfaction au travail le plus élevé.
 

Le rapport des Français au travail s'est dégradé ces dernières années. Ils ne sont plus que 44% à trouver qu'il s'agit d'un "moyen de s'épanouir" selon un sondage Ifop à paraître dans Sud-Ouest Dimanche. La proportion atteint néanmoins 50% chez les cadres supérieurs et les professions libérales.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • HERRIN
    HERRIN     

    Enfin un peu de lucidité...............

  • Walter Benjamin
    Walter Benjamin     

    Ce qui est pénible avec internet ,c'est que des pauvres sachant écrire et penser s'y expriment . C'est scandaleux ! C'est pourquoi les néolibéraux voudraient bien réserver les études supérieures aux gens de biens, les fils à papa . Ainsi les pauvres sans formation n'auraient même pas l'idée de se révolter contre les rentiers .Les Anglais ont mis les droits un universitaires à 10 000 livres dans le public, ils ont raison, ainsi ,dans 20 ans vous n'aurez plus de grèves dans les facs et les fils à papa n'auront plus la désastreuse concurrence de brillants pauvres (pourtant déjà peu nombreux) qui volaient leur place mérités par leur naissance. Mais la plus grande catastrophe vient aussi des fils ingrats de la bourgeoisie qui trahissent leur classe et rejoignent le bas peuple ,la liste est trop longue pour la citer ...... Enfin tout fout le camp ..... Un pauvre devrait donner son loyer avec le sourire au propriétaire qui le perçoit sans avoir même l'idée qu'il a en face de lui un fainéant qui vit à ses crochets . Pour cela Voltaire était le meilleur: « Un pays bien organisé est celui où le plus petit nombre fait travailler le plus grand nombre est nourri par lui, et le gouverne »

  • frankb2000
    frankb2000     

    Bah si y a des travailleurs qui se sentent trop prisonniers de leur boulot je suis pret a echanger ma place contre la leur....

  • HERRIN
    HERRIN     

    Ce n'est pas la valeur travail qui est en cause, c'est la reconnaissance , lorsque vous êtes en France on vous demande vos diplômes , en Angleterre on vous demande quand vous pouvez commencer , ensuite on vous évalue et on vous aide à vous former, on vous fait confiance et ainsi à gravir les échelons pour le plus grand bien de l'Entreprise et pour votre bien.
    En France on vous établit un profil de carrière par rapport à vos diplômes et on peut sauf accident vous prédire 30 ans l’avance ou vous serez dans la hiérarchie.
    Pour ceux qui n'ont pas de diplômes ou un diplôme dit inférieur c'est pareil mais sous le plafond de verre surtout pas au-dessus , jamais .

  • 1PourAvis
    1PourAvis     

    @Guyot Jerome, les personnes de ma connaissance du CNRS, sont a 200 % dans leur boulot sans compter leur temps et leur salaire minable, mais ils sont passionnés, mais je parle des chercheurs principalement.

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    et les chômeurs, qu'en pensent-ils ?

  • Dark Jador
    Dark Jador     

    et vous croyez que c'est comme cela uniquement au CNRS... détrompez-vous dans la plupart des "grosses boîtes" c'est devenu ça !!! et ça ne va pas en s'arrangeant malheureusement :-(

  • gussaoc
    gussaoc     

    @ Citron pressé: je ne suis pas loin de penser comme vous. Seulement il faut émettre une réserve historique; Le terme de "travail" a pour racine le mot grec ancien: "trépalium" qui veut dire torture. Ainsi les dames quand elles accouchent, sont en : "TRAVAIl" !!!! En Auvergne ont voit encore dans certains hameaux sur le "coudert" ( placette communale), un cadre de boit qu'on appelle "travail"; Celui-ci servait à entraver les boeufs pour les ferrer et tout cela pour le... travail!!!!!! Dans la grec antique et romaine, seul les esclave travaillaient et aussi des homme libres qu'on appellaient les métèques. Seul avait droit de "siter" sur l'agora, les citoyens de la citée et eux seul décidaient de la politique, c'est à dire des choses publiques!!! vous le voyez il y a des excuses! Dans les républiques socialites le travail était mis au devant avec le "stakanovitch", mais cela ne les pas empêcher de faire faillites. tout comme la France actuellement!!!!! allez savoir pourquoi!!!!!!!!!!!

  • Guyot Jerome
    Guyot Jerome     

    je pense que ça dépend beaucoup des entreprises ou établissements publics. Par exemple, au CNRS, qui est géré de façon très technocratique, où chaque employé est un numéro avant d'être un être humain, où le travail de chacun est défini dans une fiche de poste, où les postes 'intéressants' s'attribuent par copinage, oui, le travail est souvent vécu comme une contrainte.

  • Alan taf
    Alan taf     

    Y a pas que le boulot dans la vie aussi ! Y a une vie après le travail

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire