En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Entre 2 et 4% des demandeurs d'emplois sont radiés pour manque de recherche d'emploi.
 

Le ministre du Travail affirme qu'il ne voulait pas "stigmatiser les chômeurs" lorsqu'il a déclaré mardi matin qu'il désirait renforcer les procédures de contrôle de recherche d'emploi. En pratique, ce sont les conseillers Pôle Emploi qui doivent accomplir ce travail.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Google-100272169707433229504
    Google-100272169707433229504     

    Pôle emploi devrait plus vérifier le nombre de fausse proposition d'emploi que de vraiment chercher à savoir si les chômeurs cherche ou postule pourquoi chercher à punir les chômeurs quand le problème vient de leur fausse annonces

  • ecopinion
    ecopinion     

    Le fameux marronnier du chômeur fraudeur et des milliers d'offres d'emploi non pourvues que l'on organise soigneusement.
    Il suffit de suivre le marché de l'emploi, pour voir que le même poste qui nécessitait un bac, nécessite 6 mois plus tard un bac+5.

    Qu'à la lecture des annonces, il faut être un candidat mutant.
    ex: 3 ans d'expérience, jeune diplômé, parlant 3 langues, diplômé bac+5... Entreprise d'envergure locale !

    On se demande si ce sont plus les chômeurs que l'on tente de décourager, ou les employeurs qui recherche vraiment un salarié !

    Alors, le manque d'adéquation entre demande et recherche... Vous repasserez ! C'est volontairement modulable pour la conserver !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    3 millions de chômeurs à "plein temps".
    1 million d'offres, en mettant bout à bout les cdi, le temps partiel, les stages (pas toujours "rémunérés"), les cdd (y compris les ultra courts), les doublons, les offres test, le travail temporaire, etc....

    Sans parler de l'inadéquation des offres aux critères trop élevés (et du coup personne ne peut y postuler !), des diplômes qui servent à rien, des formations non reconnues, etc.

    Enfin 1 million d'offres c'était l'année dernière. Ca a diminué depuis.
    Le nombre de chômeurs il a pas diminué, lui.

Votre réponse
Postez un commentaire