En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Les notaires manifestent ce 17 septembre.
 

Emmanuel Macron, ce 17 septembre, est revenu sur les objectifs d'économie promis par Arnaud Montebourg grâce à la réforme de ces professions. De plus, le ministre de l'Economie et celle de la Justice ont assoupli leur position concernant l'ouverture du capital des cabinets des huissiers.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Bref tout ça pour dire que pour avoir droit à de la considération en tant que peuple souverain en France, il faut faire partie d'une profession réglementée.
    Je l'ai déjà dis, je le maintiens, je le répète, la France n'est pas un état démocratique, c'est un état qui se donne l'illusion de la démocratie en entretenant les vieux schémas monarchistes.

  • sclp
    sclp     

    "en sacrifant les notaires ou les pharmaciens" : de qui se moque t-on ? ces professions sont parmi les plus gros revenus mensuels de France ! alors que des travailleurs de force à petits revenus sont eux réellement sacrifiés tous les jours par des licenciements ou des revenus sans aucune reconnaissance toute leur vie ! Soyez un minimum honnête messieurs les ministres et consorts. Voilà encore un exemple d'un gouvernement qui fait de grosses annonces mais recule dès que les nantis élève un peu la voix.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à sclp)

    Le fait de taper sur les uns ne va pas épargner les autres.
    Ce n'est pas la raison qui vous motive, mais l'envie.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    De Montebourg le grand pourfendeur du libéralisme assassin (n'ayons pas peur des exagérations, on parle de Montebourg) qui prône la libéralisation pour faire des économies.
    On aura tout vu.
    Mais là où la gauche refuse de libéraliser des services qui ne couteraient rien au contribuable, ils s'engagent à libéraliser des charges, payées, très, TRES cher et qu'ils seront tenus de rembourser.
    Avec l'argent du contribuable ...

Votre réponse
Postez un commentaire