En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
PSA
 

Le constructeur compte supprimer 2200 emplois, dont une majorité via un plan de rupture conventionnelle collective. Dans le même temps, il va procéder à 1300 embauches en CDI et avoir recours à 2200 emplois jeunes.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • ID24
    ID24     

    Zalman, continuons à faire comme au temps de 30 glorieuses, vous avez raison, ainsi la France continuera à baisser dans tous les classements. Quand est-ce que vous comprendrez que c'est parce que nous ne nous réformons pas que l'on perd de la vitesse dans tous les domaines ? Ca commence a aller bien mieux depuis quelques mois, il faut que le gouvernement continue les réformes pour le bien du pays.

  • Zalman
    Zalman     

    Inacceptable car PSA est riche à milliard..... genre comme l'entreprise réussi, elle doit recruter des gens sans leurs donner du travail u_u. Faut pas oublier que l'objectif d'une entreprise c'est pas de fournir des emplois mais belle et bien d’être rentable....Quand je vois ça, je comprend les employeurs qui font des pieds et des mains pour pas avoir de syndicat.

    om30180
    om30180      (réponse à Zalman)

    1 - PSA n'est plus dans la catégorie "syndicat oui ou non", donc votre argument est périmée.
    2 - Riche à Million : c'est u peu facile de dire cela, certe c'est du bénéfice, mais cela est utile pour investir sur le futur, innover et surtout avoir accès à l'innovation de rupture, induite par la voiture autonome.

    Conclusion, je préfère une entreprise qui investi en formation et qui écoute les salariés qui en fin de carrière ne souhaite plus reprendre des formations à 2-3 ans de la retraite.

    Jvem
    Jvem      (réponse à Zalman)

    Si on écoute les syndicats extrémistes, les entreprises crèves. Les ex. sont nombreux. De plus, il s'agit de départs volontaires soumis à l'accord des syndicats.

    Stop haine
    Stop haine      (réponse à Jvem)

    Bien vu Jvem, tout est dit : la rupture conventionnelle ne peut être imposée aux salariés, elle doit être acceptée par les intéressés, après consultation référendaire. Naturellement, la désinformation se perpétuera tant que les Mélenchon, Cocquerel ou autres Corbière continueront de sévir au grand bonheur des médias dont ils sont d'excellents clients ...

Votre réponse
Postez un commentaire