En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
En France, le travail à temps partiel concerne des femmes à 80%.
 

Le gouvernement a proposé de reporter de six mois l'entrée en vigueur de la réforme du temps partiel, qui interdit aux entreprises de proposer des contrats de moins de 24 heures par semaine. La CFDT appelle les parlementaires à ne pas voter cette mesure.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • ManuH2O
    ManuH2O     

    Bonjour,
    Pour ma part je viens sur ce post un peu tard, mais je vais quand même exprimer une autre face cachée de l’iceberg. Il ne faut pas que cette réflexion remette en cause une autre problématique des petits boulots d’autrefois qui se sont légalisées par la contrainte législative et qui se font généralement à des heures d’inoccupation des entreprises ou des administrations ; Et pour lesquels les patrons sont bien contraints de se plier à la demande en créant une organisation, ne pouvant payer des heures dans les créneaux horaires d’inactivité et devant respecter des amplitudes horaires imposées par les conventions collectives…
    En effet, je vois que les médiats évoque souvent ce sujet des "pauvre-femme" tout comme dans d’autre temps on parlait des pauvres-hommes, c’est pour moi l’évidence d’une évolution de société notoire.
    Toutefois, nos civilisations évoluent quelques fois par rapport à des fondements tronqués, c’est pour cela qu’il est bon de remettre à plat avant de favoriser un courant de pensée qui ne s’appuierait que sur une unique vision de la situation.
    Je ne suis tributaire d’aucune influence hiérarchique ou adepte forcené d’un courant philosophique quelconque avec une bonne expérience dans le domaine du management. Je m’aperçois en toute honnêteté et état de cause, que contrairement aux arguments avancés par les journalistes, quand on prend l’exemple des emplois dans l’administration, cette théorie du monde machiste ne tiens plus.
    Dans l’administration et dans les emplois les plus pénibles des agents de catégorie C, le temps partiel à 80% payé 86% est le plus pratiqué à la demande des agents pourtant embauché à 100%. On pourrait croire que cela correspond à un besoin choisi pour élever les enfants, c’est possible que cela soit une explication. Toutefois, cela n’explique pas pourquoi ces mêmes agents resteraient à 80% même quand leurs enfants sont grands et que cela leurs en coutera sciemment une amputation d’un trimestre de cotisation de retraite tous les 5ans. Par ailleurs, en cas de difficulté financière sévères, ces même agents passent à 100% mais uniquement quand leurs enfants ont gagné l’autonomie (en 6ème 5ème). A contrario, Il est bon de souligner que l’on n’observe nullement ce phénomène avec les agents de catégorie C masculin, travaillant à 100% dans les mêmes emplois que ces dames ou dans des emplois plus pénibles. On constate que c’est également moins fréquent dans les agents de catégorie B et quasi inexistants pour les agents de catégorie A. Attention ! Je n’en tire aucune analyse hâtive, j’attire juste votre observation sur ce phénomène volontairement délaissé dans les analyses journalistiques et étatiques au profit d’un courant de pensé actuel pro-féministe qui se vend mieux.
    Ce n’est pas que ce courant-là me déplaise, mais il faut donner à la femme ce qui lui est due tout en laissant à l’homme ce qu’il a toujours eu…
    Bien cordialement à toutes et à tous.

  • ManuH2O
    ManuH2O     

    Bonjour,
    Pour ma part je viens sur ce post un peu tard, mais je vais quand même exprimer une autre face cachée de l’iceberg. Il ne faut pas que cette réflexion remette en cause une autre problématique des petits boulots d’autrefois qui se sont légalisées par la contrainte législative et qui se font généralement à des heures d’inoccupation des entreprises ou des administrations ; Et pour lesquels les patrons sont bien contraints de se plier à la demande en créant une organisation, ne pouvant payer des heures dans les créneaux horaires d’inactivité et devant respecter des amplitudes horaires imposées par les conventions collectives…
    En effet, je vois que les médiats évoque souvent ce sujet des "pauvre-femme" tout comme dans d’autre temps on parlait des pauvres-hommes, c’est pour moi l’évidence d’une évolution de société notoire.
    Toutefois, nos civilisations évoluent quelques fois par rapport à des fondements tronqués, c’est pour cela qu’il est bon de remettre à plat avant de favoriser un courant de pensée qui ne s’appuierait que sur une unique vision de la situation.
    Je ne suis tributaire d’aucune influence hiérarchique ou adepte forcené d’un courant philosophique quelconque avec une bonne expérience dans le domaine du management. Je m’aperçois en toute honnêteté et état de cause, que contrairement aux arguments avancés par les journalistes, quand on prend l’exemple des emplois dans l’administration, cette théorie du monde machiste ne tiens plus.
    Dans l’administration et dans les emplois les plus pénibles des agents de catégorie C, le temps partiel à 80% payé 86% est le plus pratiqué à la demande des agents pourtant embauché à 100%. On pourrait croire que cela correspond à un besoin choisi pour élever les enfants, c’est possible que cela soit une explication. Toutefois, cela n’explique pas pourquoi ces mêmes agents resteraient à 80% même quand leurs enfants sont grands et que cela leurs en coutera sciemment une amputation d’un trimestre de cotisation de retraite tous les 5ans. Par ailleurs, en cas de difficulté financière sévères, ces même agents passent à 100% mais uniquement quand leurs enfants ont gagné l’autonomie (en 6ème 5ème). A contrario, Il est bon de souligner que l’on n’observe nullement ce phénomène avec les agents de catégorie C masculin, travaillant à 100% dans les mêmes emplois que ces dames ou dans des emplois plus pénibles. On constate que c’est également moins fréquent dans les agents de catégorie B et quasi inexistants pour les agents de catégorie A. Attention ! Je n’en tire aucune analyse hâtive, j’attire juste votre observation sur ce phénomène volontairement délaissé dans les analyses journalistiques et étatiques au profit d’un courant de pensé actuel pro-féministe qui se vend mieux.
    Ce n’est pas que ce courant-là me déplaise, mais il faut donner à la femme ce qui lui est due tout en laissant à l’homme ce qu’il a toujours eu…
    Bien cordialement à toutes et à tous.

  • delbarre
    delbarre     

    les syndicats sont la plaie de notre pays; payés avec nos impôts ils pérorent et ne servent que leur s intérêts partisans. Syndicat = chomage.

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Encore combien de temps les syndicats pourront tuer l'économie de notre Pays ?

Votre réponse
Postez un commentaire