En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le leader de la CGT, Thierry Lepaon, à gauche, et son homologue de la CFDT, Laurent Berger, à droite, en novembre dernier
 

Dans une déclaration commune publiée quelques heures avant le début de la conférence de François Hollande, ce mardi 14 janvier, quatre syndicats présentent leurs doléances au président de la République. Ils demandent notamment une fiscalité plus progressive.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Max Tusalem
    Max Tusalem     

    Nos syndicalistes sont plutot intelligents et modérés là pourtant :
    - faire le ménage dans les subventions clientélistes que les députés distribuent pour se faire réélire, genre, c'est moi qu'ai sauvé Heuliez
    - une fiscalité directe plus progressive, alors que les classes moyennes se font matraquer et que les plus fortunés peuvent défiscaliser
    - une fiscalité locale plus juste alors que les plus modestes se font écrabouiller par ces impôts qui ne tiennent pas ( ou très peu) compte des revenus ....

    Qui peut être contre ? A part ceux qui profitent un max de la gabegie actuelle ?

    Ce qui me choque, c'est que les syndicats ne défendent pas une ou des catégories de salariés, là : Il font des propositions de bonne gestion économique.

    Peut etre que nos députés vont faire grève pour leurs salaires, très français tout ça, chacun se mêle du boulot de l'autre pour ne pas parler de son propre business, pour que , surtout, on ne touche à rien !

  • tubalcain
    tubalcain     

    Heureusement que les revendications sont collectives et pas individuelles! A force de faire courir le français vers une individualisation des carrières professionnelles à marche forcée, le citoyen en oublie les principaux organismes chargés de défendre ses intérêts. Le patronat et son transfert de prélèvements vers les travailleurs à de beaux jours devant lui tant que les salariés de ce pays ne se syndicaliseront pas EN MASSE! Prenez tous une carte, la peur et les impôts changeront de camp! Prenez exemple sur les patrons, ils sont tous syndiqués quelque part!

  • tubalcain
    tubalcain     

    Heureusement que les revendications sont collectives et pas individuelles! A force de faire courir le français vers une individualisation des carrières professionnelles à marche forcée, le citoyen en oublie les principaux organismes chargés de défendre ses intérêts. Le patronat et son transfert de prélèvements vers les travailleurs à de beaux jours devant lui tant que les salariés de ce pays ne se syndicaliseront pas EN MASSE! Prenez tous une carte, la peur et les impôts changeront de camp! Prenez exemple sur les patrons, ils sont tous syndiqués quelque part!

  • franck69
    franck69     

    Revendications
    N01 Plus de saucissons pour les apéritifs après les réunion.
    N02 Dégager plus de postes pour les syndicalistes pour les prochaines élections européennes
    N03 Diminuer le nombre d'année de cotisations pour les délégués syndicaux avant la retraité à 45 ans ( pour raison de pénibilité des heures de délégations).
    N04 Augmenter les salaires des responsables syndicaux.

  • delbarre
    delbarre     

    Ce n'est pas avec ces revendications collectivistes que nous redresserons notre pays, ces apparatchiks élus par une mini minorité de Français, guère représentatifs des travailleurs du privé, payés par nos impôts ne préconisent que morne plaine et médiocrité.

Votre réponse
Postez un commentaire