En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Un tiers des fusions-acquisitions au 1er trimestre en Europe concernait des entreprises françaises
 

Le possible rachat par l'américain General Electric des activités énergies d'Alstom interviendrait après plusieurs opérations touchant des grands noms français du business. De la à dire que les fleurons nationaux quittent la France, il y a un pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Pasquinel
    Pasquinel     

    Ce weekend sera décisif pour la filière française de l’Énergie, et cela dans un climat de négociations discrètes voire secrètes autour du Marché transatlantique, qui sonnera le glas des restes de l’industrie française.

  • chabriaude
    chabriaude     

    Nicolas Dupont-Aignan , président de Debout La République communique :

    Comment la France peut laisser faire cela ?

    . De ses brevets, de ses usines et ses savoirs faire dépend la quasi totalité de notre industrie électrique, y compris la filière nucléaire française. Comment le gouvernement peut il passer son temps à annoncer une grande politique de sécurité nucléaire et de transition énergétique en laissant partir l’instrument de cette politique ? Est ce GE, Siemens et Hitachi qui décideront de la politique énergétique de la France ? Il est temps, grand temps que les slogans sur la renaissance industrielle de la France se traduisent en acte. Cela fait des années que DLR demande une vraie politique autour d’Alstom, laissé sans vision ni soutien.

    OUI la transition énergétique et la sécurité nucléaire sont prioritaires. La France a les moyens et les compétences pour disposer d’un grand acteur dans ce domaine.

    NON, la défense des fleurons français ne conduit pas à l’isolement. L’histoire des succès industriels de la France est celle de l’audace et du partenariat avec l’étranger d’égal à égal, en toute indépendance. Ainsi, Debout la République propose : - La fusion d’Areva et d’Alstom, avec, si nécessaire, une augmentation de capital garanti par les agences de l’Etat compétentes. - La mise en place de partenariats ponctuels et d’entreprises conjointes déterminées, avec GE, Siemens, ou leurs équivalents japonais, qui ont montré une loyauté dans des partenariats d’égal à égal.
    " Debout La France - ni système , ni extrêmes "

  • CogitoErgoSum
    CogitoErgoSum     

    Si le fleuron de Alstom sont les énergies renouvelables, ça se saurait c'est un mensonge sans nom et ne céderaient pas les pôles tels que les centrales thermiques , les éoliennes et hydroliennes, ET n'auraient pas 3 Milliards d'€ de perte!

  • anabel
    anabel     

    Il ne faut surtout pas laisser nos entreprises se faire racheter par des groupes étrangers. Le traité transatlantique va plomber notre économie !!!

Votre réponse
Postez un commentaire