En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Arnaud Montebourg menace ArcelorMittal de droits de douane sur l'acier, et brandit à nouveau l'arme de la nationalisation temporaire.
 

Dans un entretien au Monde, mercredi 13 février, le ministre du Redressement productif s'en prend violemment au géant de l'acier, parlant de "nationalisation" et de "droits de douane". Sans oublier d'adresser une pique à Jean-Marc Ayrault.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • sarah040000
    sarah040000     

    M. MONTEBOUR apprenez en premier ce qu'est l'économie et ce qu'est une entreprise pourquoi voulez vous que nous continuions à faire marcher Floranges ce n'est pas rentable alors l'argent du contribuable n'est pas pour faire vivre une entreprise privée avec notre argent entreprise qui n'est pas rentable et cela tout le monde le sait ;;;;;cessez de dire autant d'aneries !!!!!!

  • Denis Session live
    Denis Session live     

    la rentabilité c'est lui qui la contre balance en faisant de l'acier bon marché, il investit en Inde avec un prix de vente moins élevé qu'en france, du coup en france le site perd du chiffre d'affaire, ce qui lui sert d'excuse pour fermer le site après avoir pris des millions qui sortent de nos poches et se barre avec notre argent. Je ne suis pas socialiste mais il faut que l'état se fasse respecter et si la nationalisation est un moyen de pression il faut le faire.

  • Tmp1
    Tmp1     

    Quand c.est pas rentable c'est pas rentable, point barre... Parce qu'on privatise, subitement ils vont gagner des sous...???

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    Mittal nous mène en bateau. On lui reprend tout le site de Florange pour 0 euros (ça ne vaut plus rien) et basta !!! et après on lui reprendra les autres sites au fur et à mesure. L'europe doit se redonner une industrie de la sidérurgie performante (bien sûr sans le soutien de la commission européenne qui avait laissé la vente d'Arcelor à Mittal)

Votre réponse
Postez un commentaire