En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Arnaud Montebourg souhaiterait que les pharmacies ouvrent leur capital à hauteur de 25%.
 

Le ministre de l'Economie, aurait proposé la constitution de "chaînes de pharmacies" aux représentants des pharmaciens, qu'il a reçu ce mardi 29 juillet. Il aurait également réaffirmé sa volonté de permettre la vente libre de médicaments sans ordonnance.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Lu andre
    Lu andre     

    Intéressant, je critique les grandes chaînes de distribution et je veux en même temps créer une grande chaîne de distribution pour les médicaments. Il ferait mieux de relancer l investissement dans les entreprises source de croissance et d'embauche, mais je ne suis pas sur que Montebourg est bien la capacité à comprendre les problématiques d aujourd hui

  • JOSENTET
    JOSENTET     

    Le problème avec les avocats (dont M. Montebourg) c'est qu'ils savent beaucoup discourir sur des sujets qu'ils ne connaissent pas! Dans l'absolu certains arguments sont "imparables" mais dans la pratique pas tant que cela. Soit vous avez des gros pôles, dans les grands centres obtenant de bons contrats d'approvisionnement et donc de bons prix (ayant très bien connu une officine de centre commercial je sais de quoi je parle), soit vous avez un tissus bien réparti mais de "petites" pharmacies comme actuellement qui ne peuvent jouer sur des grandes quantités malgré une certaine généralisation des groupements (ce ne sont pas des "chaînes" mais presque parfois). Bref soit 6 000 pharmacies et tant pis pour les "campagnes" soit on en reste à 22 000 et cela a un coût (que n'assumeront pas les petites communes déjà mises à contribution pour les antennes postales, les épiceries et autres point carburants). Même si les prix des fonds de commerce sont effectivement déraisonnables il faut aussi savoir qu'il y a des contraintes en terme de qualifications des personnels, de gardes (contrairement aux médecins) et de services. Mais à discourir sur tous les fronts certains ne s'embarassent pas des ces "détails"!

Votre réponse
Postez un commentaire