En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le Stade des lumières devrait sortir de terre à la fin de l'année 2015.
 

La première pierre de l’enceinte de 58.000 places sera posée mardi 12 novembre. Un pari audacieux pour l'Olympique lyonnais, qui a dû se mettre à la diète pour assurer son financement.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • tankafaire
    tankafaire     

    et en plus c'est 20 millions payés par l'Etat versé en 2012 directement dans la Société Foncière du MONTOUT, dont l'objet social est, comme par hasard, de faire des plus-values immobilières

  • tankafaire
    tankafaire     

    l'olympique lyonnais, c'est 110 millions de déficits cumulés sur les quatre derniers exercices dont 3 incluaient les juteuses recettes de la Ligue des champions dont il a été écarté cette année ... et ce à la veille de la publication du chiffre d'affaires pourle premier trimestre de l'exercice courant qui va encore accroite les pertes ...

    et de dire que le stade est quasiment payé avec des fonds privés est une immense mensonge :
    - 40 millions financés directement par la CDC (collecteur de l'épargne des français)
    - 40 millions du Conseil Général (contribuables locaux) qui garantissent au profit de VINCI qui conditionne l'avance que celle ci fait à AULAS du fait de sa fragilité (non ! je ne plaisante pas !) et conditionnent le prêt des banques qui prennent une hypothèque de premier niveau sur les terrains dans le cas où ....
    - 400 millions d'infrastructures dédiées (les mots on un sens) complètement inutiles pour l'est lyonnais puisque ne correspondant ni aux besoins éventuels en desserte et en timing de desserte
    - et une moins value sur la vente des terrains qui appartiennent aux contribuables (vendus 40 € le m2 alors qu'ils auraient pu être négociés au décuple ) copinage oblige - un recours est à l'examen au niveau de la CEE pour entrave à concurrence

    et comparer ce projet à MUNICH c'est volontairement oublier que
    - MUNICH a consulté par un référendum à son initiative avant d'autoriser ce projet payé sans subventions quelconques de la part de la collectivité - et n'a pas eu besoin d'engager des frais d'infrastructures puisque un transport lourd (RER) préexistait, ce qui a guidé le choix de l'implantation
    - il est construit sur 6 ha y compris les parkings,
    celui de DECINES c'est 50 hectares + 100 hectares arrachés à l'agriculture pour réaliser les infrastructures pour pallier les carences d'accès, sans toutefois les satisfaire - le tout à la charge de la collectivité qui n'a pas d'argent pour rénover ses hopitaux

    voilà ce qui n'est pas dit dans la comm tapageuse de celui là

Votre réponse
Postez un commentaire