En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Une hémorragie d'abonnés en Belgique
 

Electrabel, la filiale de GDF Suez, a perdu l'an dernier un demi-million de clients dans la seule Flandre, selon les chiffres publiés par le régulateur flamand du marché de l'énergie.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • Espace Europeen Montpellier
    Espace Europeen Montpellier     

    Une prise de conscience coûteuse pour GDF SUEZ. Les mentalités évoluent positivement. Il y a aujourd'hui des raisons d'être optimiste et de penser que le développement durable a de beaux jours devant lui !

    C'est une balle dans le pied: "Négliger l'environnement c'est préparer des crises sociales sans solution."
    Demandez à l'ESPAGNE, au Portugal ou à la Grèce de financer un plan de protection du climat quand, quand pour la Grèce, une politique absurde a privilégié l'implantation de centrales au charbon pour acheminer l'énergie électrique par câble sous-marin sur des îles fortement ventées. Suite à des coupures électriques tel que vécues dans le tiers monde, en moins de 2 décennies ce sont les initiatives privées qui viennent à la rescousse du citoyen en introduisant les éoliennes, l'état n'ayant plus les moyens d’entretenir ses installations. Crise économique ou crise des politiques...ou crise de démence et d'absurdité ?

    Nous savons désormais que les habitants d’Angkor, les Mayas, ceux de l’Ile de Pâques entre autres ont, sur une très courte période négligé les préceptes du développement durable. SOMMES NOUS A L’ABRI ?

    Les principes du Grenelle de l'Environnement intégrés à l'ESPACE EUROPEEN MONTPELLIER: "Nous ne pouvons plus définir des politiques en ignorant le défi climatique, en ignorant que nous détruisons les conditions de notre survie".
    - Premier principe, tous les grands projets publics, toutes les décisions publiques seront désormais arbitrées en intégrant leur coût pour le climat, leur « coût en carbone ». Toutes les décisions publiques seront arbitrées en intégrant leur coût pour la biodiversité.
    Très clairement, un projet dont le coût environnemental est trop lourd sera refusé.
    - Deuxième principe, nous allons renverser la charge de la preuve. Ce ne sera plus aux solutions écologiques de prouver leur intérêt. Ce sera aux projets non écologiques de prouver qu’il n’était pas possible de faire autrement. Les décisions dites non écologiques devront être motivées et justifiées comme ultime et dernier recours."

    L’ESPACE EUROPEEN MONTPELLIER respecte et applique toutes les exigences du PNACC, du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT). Il conforte l’ensemble des objectifs du GRENELLE quand la DUP du dédoublement de l’A9 ne répond à aucun des préceptes.
    Nos politiques sont-ils seulement conscients des ravages exponentiels d'une crise environnementales conjuguée avec une crise économique?

    « La politique c’est éphémère mais une équation est éternelle. » Albert Einstein.

  • pat352
    pat352     

    Meanwhile in USA: prix du gaz divisé par deux.

  • mirabelle
    mirabelle     

    L'Europe va à sa perte et les peuples européens ferons payé aux technocrates de Bruxelles leurs lâcheté de planquer d'avoir ruiné les états

  • Carambar
    Carambar     

    l'Europe se détruit elle même : la Chine ramassera les morceaux dans quelques années

  • mirabelle
    mirabelle     

    Oui mais il n'y a pas que l'énergie il y a l'eau ou les communes vous font payé plus cher les taxes que l'eau que vous consommez ainsi sournoisement étant au taqué pour les impôts font augmenter d'autres taxes

  • loki72
    loki72     

    Ça quand on vend à la tête du client, faut se douter qu'il y aura un problème un jour ou l'autre, mais 50% plus cher pour le même produit que chez nous, c'était purement de l'incitation à la concurrence. De toute façon c'est pareil chez nous, et cette entreprise qui a été créé avec nos impôts puis revendu par nos dirigeants (comme tout ce que l'on avait en fait), ne font aujourd'hui que s'engraisser sur notre dos, en nous revendant ce qu'on leur a gentiment "offert". Toutes ces entreprises alimentaire, énergie, transport, santé, banque nationale ... devraient être nationalisées à 100% et nous fournir le service pour lequel on les a crée, au lieu d'être privatisées et de ne voir aujourd'hui que le profit de quelques actionnaires. Mais nous ne sommes pas capable de nous opposer massivement et énergiquement à nos dirigeants qui nous dépouillent de notre patrimoine, alors faut pas se plaindre de ce qu'il nous reste aujourd'hui ... des factures qui ne correspondent plus à rien.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Y a bon le nucléaire ... Ceci dit en France on subventionne largement EDF. Alors sur la facture c'est 50% plus cher chez eux. Mais en réalité on ne sait pas. C'est peut être nous qui payons encore plus cher.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    1- il y a de la concurrence, même si EDF, de par son historique, domine largement le marché. 2- ... ben lancez vous ;)

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    1- il y a de la concurrence, même si EDF, de par son historique, domine largement le marché. 2- ... ben lancez vous ;)

  • ranulf
    ranulf     

    Ouai, mais les bistrots de la Rue de la Soif à Néchin Estainville ont gagné l'énorme marché de la clientèle de Gégé van der Mordovia. Ceci compense certainement celà. Les Belges (et les Grolandais) ont le choix, eux ! Pas les Français, assujettis à EDF for ever à un monopole soit disant interdit par l'UE, ou pire, à des escrocs patentés qui revendent avec bénèf l'électricité produite avec nos impôts.

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire