En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Aurélie Filippetti avait déjà sauvé cette niche fiscale il y a un an
 

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, promet de maintenir cette niche fiscale, mais veut publier "une charte éthique" sur son utilisation. par les entreprises

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • AD LIMINA
    AD LIMINA     

    Comment les auteurs de cet article peuvent-ils appeler "niche fiscale" le cadre juridique du don en France ? Faire un don à un organisme sans but lucratif qui oeuvre pour l'intérêt général, souvent en délégation de service public, revient toujours plus cher que de payer ses impôts. Dans bien des domaines, l'Etat est complètement absent ; heureusement que nombre d'associations sont présentes sur le terrain.
    Bien que n'étant pas directement de l'action sociale, la culture constitue tout de même un bien national qu'il s'agit de développer.
    Dans les secteurs de la Solidarité, de la Culture, de la Santé, de l'Education ainsi que dans le Confessionnel, des organismes vivent de la générosité des français. Et, je le répète, faire un don, même avec les déductions fiscales, revient toujours plus cher que se contenter de payer ses impôts !
    Sébastien Barasinski, cabinet de conseil en mécénat AD LIMINA http://www.adlimina.fr

  • mamily
    mamily     

    la gauche caviar au pouvoir !!! la gauche bobo qui pense plus a la culture "artistique" qu'a la culture paysanne !! pendant que des millions d'avantage fiscaux sont donnés au titre du mécénat nos agriculteurs crèvent de faim et se suicides tous les jours !!!

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Ouais, quels salauds de riches, sauf quand ils financent à leurs frais des dépenses relevant des pouvoirs publics. A se demander d'ailleurs ce que ces derniers font de leur argent ...

Votre réponse
Postez un commentaire