En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

La publicité nous permet de vous proposer une information gratuite et de qualité.

Veuillez désactiver votre adblocker lorsque vous consultez notre site.

Merci de votre compréhension et bonne navigation.

Le système de géolocalisation supervise les allées et venues des salariés du campus de Gentilly, site inauguré en juin 2015 par Sanofi.
 

Le géant français de la pharmacie a doté d'une puce les porte-badges de 3.000 salariés. Sanofi peut ainsi suivre leurs déplacements sur un campus géant et optimiser ainsi leur espace de travail. Inquiet, un syndicat a obtenu que la collecte des données soit anonymisée.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

  •  
  •  
2 opinions
  • Steelice972
    Steelice972     

    Ce qui est formidable c'est le fait que l'employeur soit forcément présumé coupable de malveillance dans tout ce qu'il entreprends.
    Mais le salarié qui glande toute la journée, qui s'occupe sur son temps travail de sa petite auto entreprise et qui trouve un congé maladie à chaque fois que l'on a des preuves de sa forfaiture, lui il est innocent. Il faut le protéger !

  • auditeur
    auditeur     

    Invoquer l'amélioration des espaces de travail est un peu limite, même si cela se pratique de plus en plus pour améliorer les infrastructures de transport de la voie publique par exemple.
    Les syndicats pourraient exiger que l'exploitation des données ne soit utilisée que sous forme statistique et de manière anonyme.
    Lorsque la localisation du salarié s'impose en regard de sa mission les syndicats ne peuvent s'y opposer (cas des camions d'une entreprise de transport par exemple).
    Ou alors il faut un jugement qui condamne tous les salariés de Sanofi au port du bracelet électronique !

Votre réponse
Postez un commentaire

  •  
  •