En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Chrysler est plus que jamais la cash machine de Fiat
 

Si le constructeur italien publie des résultats positifs ce mercredi, ce n’est pas grâce aux ventes de ses modèles mais à celle de sa filiale américaine Chrysler.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Italiano in Germania
    Italiano in Germania     

    On pourrait aussi parler du "dernier combat".
    Face au cannibalisme économique ou la loi du plus fort, imposés par l'axe franco-allemand par les traités de Maastricht, la seule chance de survie, non seulement pour Fiat mais pour l'économie Italienne dans son ensemble, (baisse de la production industrielle de plus de 25% depuis 2007 malgré des salaires et des coûts du travail bien inférieur à ceux de la France et même de l'Allemagne) la seule chance de survie donc est une coopération avec d'autres puissances économiques telle que les USA, La Chine, l'Inde, le Brésil entre autres.
    L'Allemagne, avec la complicité de la France Merkozienne, aspire de nouveau à dominer et à exploiter les autres pays par l'esclavagisme.
    Tenons en compte si nous voulons éviter un retour d'un Mussolini.

Votre réponse
Postez un commentaire