En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
L'objectif de réduire de 50% la consommation énergétique d'ici 2050 provoque de vives divergences.
 

Le Conseil national sur le débat énergétique tient son ultime réunion, ce 18 juillet, qui doit mener à l’adoption de 15 recommandations. Mais le Medef et d'autres organisations patronales se désolidarisent du texte.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • tmjrc2011
    tmjrc2011     

    Il y a assurèment un lien entre les dirigeants politiques et le mondialisme. Sarko est l'ami dèclaré du mondialisme. Il ne s'est jamais inquiété du respect des Droits de l'Homme en acceuillant des dirigeants aujourd'hui "dègagés", Pourtant il a vendu le Traité aux français car il permetait aussi aux citoyens de saisir Bruxelle, comme un droit nouveau! ... Mais il s'est caché de dire qu'en pratique aucun pays ne pourrait s'opposer à la Commission mème si les textes l'ont prèvu sans expliquer comment le faire... Alors que faire quand tout fut programmé des dècennies à l'avance..
    Je ne pense pas que les consitutions sont à comparer avec les Traités car ils sont de natures diffèrentes. Si les Traités sont supèrieurs aux lois, il est culturellement difficile de le faire appliquer en Justice, car les juges sont très mal formés et ne respecte nullement leur obligations pour s'y conformer...
    Maintenant que l'OTAN fait parti du Traité européen, je ne vois pas comment les USA pourraient ne pas imposer le reste...

  • infox
    infox     

    La mutation inquiétante des fruits et légumes iradiés à Fukushima
    Sans commentaires
    http://lesbrindherbes.org/2013/07/17/la-mutation-inquietante-des-fruits-et-legumes-iradies-a-fukushima/

  • infox
    infox     

    Gaz de schiste : pas de débat si nous n’avons pas le choix…

    Nous y voilà! comme nous le disons depuis le début, nous allons passer par les désidératas des lobbys pétroliers, sous peine de sanctions financières conséquentes. Alors le « pas d’exploration sous mon mandat » du locataire de l’Elysée, est un enfumage de plus, puisqu’il ne maitrise plus rien des décisions qu’il pourrait prendre pour protéger notre pays.
    François Hollande, le président de la République, a réaffirmé lors d’une interview télévisée sur TF1 le 14 juillet ses engagements de campagne en défaveur de l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste. Or, l’Union européenne a annoncé quelques jours plus tard ne pas avoir intention d’interdire son exploitation. Selon notre contributeur, Maxime Bercholz, quelle que soit l’issue du débat autour du gaz de schiste, nous n’aurons in fine aucun mot à dire puisque le choix reviendra à Bruxelles et aux traités de libre-échange.

    Voilà une question sérieuse. Les enjeux économiques, écologiques, et de sûreté sont considérables. Certains pays les exploitent, comme les États-Unis et depuis longtemps déjà, d’ailleurs en passe de devenir le premier producteur mondial dès 2015. Mais plutôt que de se demander s’il faut exploiter nos ressources de gaz de schiste, demandons-nous si nous aurons seulement un mot à dire une fois les traités de libre-échange transatlantique et entre l’UE et le Canada signés (dont personne n’a entendu parler à l’évidence).

    Car n’en doutez pas, ils seront signés (remarquez d’ailleurs l’impact absolument inexistant des révélations d’Edward Snowden sur le projet du grand marché transatlantique. François Hollande essaya, il est vrai, de retarder le départ des négociations, mais dû se confronter à la triste réalité : c’est Bruxelles qui décide —réalité qu’il est théoriquement libre de changer).

    Supposons donc que ce traité de libre-échange mette en place des conditions de concurrence très particulières, encore plus restrictives que celles de l’Union européenne, peut-être, si cela est possible. Jusque là, rien d’absurde car je pense que nous pouvons aussi admettre que ce traité sera la mise en pratique des thèses néo-libérales où l’État n’a plus sa place en tant que régulateur de l’économie (dont les théoriciens et défenseurs ont maintenant sorti les pelles pour creuser après avoir atteint le fond de l’abîme).

    Rappelons que les traités sont supérieurs à notre constitution, texte de loi suprême, et a fortiori aux lois votées par le parlement.

    En ce qui concerne le gaz de schiste, interdire son extraction reviendrait à prohiber des investissements nationaux ou étrangers, c’est-à-dire se rendre coupable d’une entrave à la concurrence ou de je ne sais quel délit encore.

    Pour avoir un avant-goût de ce qui se passerait (une prudence extrême m’empêche d’utiliser le futur simple) en Europe à ce sujet, il suffit de s’intéresser au cas de la firme américaine Lone Pine Resources Inc. qui, grâce au traité de libre-échange nord-américain, l’ALENA, a engagé des poursuites judiciaires contre le gouvernement canadien pour des compensations suite à un moratoire sur la fracturation hydraulique : elle ne demande pas moins de 250 millions de dollars américains à Ottawa, jugeant ces restrictions « capricieuses et illégales » !

    Le grand marché transatlantique et celui entre l’UE et le Canada, dont les négociations ont commencé en 2009, donneront aux multinationales les moyens légaux d’attaquer les États quand ceux-ci s’opposeraient à la volonté divine du capital, les mettant ainsi tous deux dangereusement sur un pied d’égalité.

  • Carambar
    Carambar     

    rien pour remplacer le pétrole _ point barre_ la génération sur laquelle ça tombera tout le monde s'en fiche....les rois du pétrole pissent dans des toilettes en or

  • tmjrc2011
    tmjrc2011     

    Pourquoi ne pas laisser les règions decider et le gouvernemt paye sa part? Le ministre lui va parler à Bruxelle et avec ses homologues ètrangers... Vouloir centraliser le pouvoir en 2013 c'est couteux et improductif...

Votre réponse
Postez un commentaire