En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Tom Enders, président d'EADS, envisagerait de renommer l'entreprise Airbus, le nom de sa célèbre filiale.
 

Le groupe EADS envisagerait d’adopter le nom de sa principale filiale Airbus. Ce changement pourrait être entériné à l’occasion des résultats semestriels du groupe, le 31 juillet.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Felix Perez
    Felix Perez     

    Autres problèmes si EADS devient Airbus :
    - Brégier actuel PDG "d'Airbus" ne pourrait plus se targuer d'être seul "patron d'Airbus". La concurrence avec Enders reprendrait de plus belle au détriment des actionnaires ou de son maintien dans EADS
    - Astrium n'a qu'une partie de son chiffre d'affaires dans la défense (ni Ariane, ni satellites civils). On ne peut donc que le baptiser Airbus Space
    - Eurocopter n'a aussi qu'une partie de son CA dans la défense.
    - Il est donc impossible de placer les activités "Défense" de EADS dans une entité unique.
    - Eurocopter doit rester visible : sa marque a une forte valeur sur le marché hélicoptères.
    - Le vrai problème n'est pas tant de regrouper tel segment dans telle entité mais de communiquer sur la base des chiffres "civil" et "défense" (CA, EBIT, résultats...), ce que les logiciels permettent de faire au delà des structures juridiques.
    - Quant aux dénominations, le vrai problème est celui de l'opportunité de la mise en bourse des filiales Airbus, Astrium, Eurocopter et plus tard Cassidian (à maturité) ainsi que celui de la Holding EADS.
    Cela devrait être le vrai problème des actionnaires si ils avaient la culture financière ad hoc.
    Les actionnaires actuels d'EADS verraient flamber le cours de leurs actions là où le changement de nom n'apporte que problèmes et risques sans valeur ajoutée évidente !

Votre réponse
Postez un commentaire