En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le président du CSA Olivier Schrameck réclame plus de pouvoirs pour son institution
 

Le gendarme de l'audiovisuel, dans son rapport annuel à paraître, reclame plus de pouvoirs dans 4 domaines clés, notamment le web. Il demande ainsi le pouvoir de "fixer les règles" imposées aux sites internet de vidéo et de musique.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • CitronPresse
    CitronPresse     

    Comme tout virus qui se bat pour se développer et s'étendre, l'administration Française (et ses fonctionnaires) essaye par tous les moyens d'infecter tout ce qu'elle peut toucher, via un accroissement continu et mortifère de normes, règlements et tracasseries, ainsi que ses dotations et pouvoirs sur nos vies.

  • Petit Compere
    Petit Compere     

    Le problème dans cette "régulation", c'est que lorsqu'un gauchiste dit que tous les patrons sont "pourris", ce n'est pas considéré comme une incitation à la haine, mais par contre, dire qu'il faut un moratoire sur l'immigration est presque considéré comme un crime raciste..

  • look165
    look165     

    Bon courage !

  • Rick II Quarante
    Rick II Quarante     

    Et on ne peut pas dire que le CSA, outre son désir de « réguler le Web » (ça a des relents de censure de l’inquisiteur Valls), est un défenseur de la francophonie : un quota 40 % de chanson française ça lui paraît déjà beaucoup, donc on se soumet (dans le climat général ambiant, la France se soumet à tout) devant « un nombre croissant d’artistes français qui s’expriment désormais dans une langue étrangère, majoritairement en anglais ». Bientôt, on en viendra à « l’obligation de diffuser pas plus de 10 % de chansons françaises ». C’est dans l’air du temps, soumission à l’UE comme aux tout puissants États-Unis et à la langue anglaise...

  • 1PourAvis
    1PourAvis     

    Bientôt, nous pourrons aller en Chine ou en Corée pour allez sur le WEB, Le ministre Turc sur la censure du web en a rêve, la France va l'adopter.....Oh France, pays des libertés (perdus ou en cours de perte)

Votre réponse
Postez un commentaire