En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le président de la République est disposé à discuter des seuils sociaux dans les entreprises
 

Lors de son intervention du 14 juillet, le président de la République a demandé aux entreprises de tenir les engagements, mais parallèlement, il s'est dit prêt à de nouveaux gestes en leur faveur.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    les patrons devraient se méfier d'Hollande. Si la politique du gouvernement ne porte pas ses fruits, le bouc-émissaire sera tout trouvé et porté à la vindicte populaire.

  • rascal
    rascal     

    il dit moins de contraintes ...mais plus de lois .........kretin!!

  • rascal
    rascal     

    Reduction de dépenses militaires= pertes d'emploi directes et induites

  • HUMAN BOMB
    HUMAN BOMB     

    La men ta ble !!! Il ne connaît vraiment pas le monde de l'entreprise.
    Les banques ne prêtent pas = pas d'embauche ! Point barre !!

  • mb33
    mb33     

    pas de commandes= pas de travail= pas d'embauche.

  • Meloco
    Meloco     

    J'espère que cette fois çi Mr Hollande donnera du travail aux patrons à la place d'argent ..!!

  • eb3958
    eb3958     

    Comme tout politique, il ne connait rien à l'entreprise. Pour embaucher, il faut de la trésorerie, il y en a de moins en moins. Peu de marge (brut et net), charges trop lourdes, taxes et j'en passe...

  • Claude Ensome
    Claude Ensome     

    Autrement dit "embauchez et ensuite on vous donnera (peut-être) des compensations pécuniaires pour vous aider". Autrement dit : commencez et ensuite on verra ce qu'on peut faire pour vous si les circonstances le permettent ! La charrue avant les bœufs, selon l'habitude du gouvernement !

Votre réponse
Postez un commentaire