En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le futur code couleur qui inquiète les industriels de l'agroalimentaire

Mis à jour le
Plusieurs paramètres, comme la teneur en sel, définiront, les codes couleurs.
 

Le projet de loi sur la santé publique, présenté ce jeudi 19 juin par Marisol Touraine, devrait proposer de classer les aliments selon un code couleur en fonction de leurs qualités nutritionnelles. Les industriels du secteur craignent la stigmatisation de certains produits.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • kline
    kline     

    enfin une excellente idée !! mais gageons que les industriels vont rechigner des quatre fers et mettre en avant la difficulté de l'opération .....

  • panorama
    panorama     

    très bonne décision car les industriels de la mal bouffe nous intoxique,normale qu'ils ne soit pas d'accord car ils ne vendront plus leur M.......

  • CitronPresse
    CitronPresse     

    @Fyver, du moment où la violence publique est utilisée pour nous contraindre à cotiser à la sécurité sociale, ce genre de question est hors de propos.

  • CitronPresse
    CitronPresse     

    Tout ce qui permet de donner de l'information au consommateur, sans contraindre ses choix, est bonne chose. Ce qu'il ne faut pas faire, c'est de confondre la moralité, qui est quelque chose de personnel, et la réglementation.

  • Fyver
    Fyver     

    Et combien nous coutent les problèmes de santé liés à la malbouffe?

  • tmjrc2011
    tmjrc2011     

    Comme il n'y a pas de tracking publié sur l'origine des ingrèdients utilisés dans les aliments industriels, grace aux lobbying auprès des parlementaitres européens, le consomateur n'a pas le choix que de faire confiance aux marques, qui au passage ne sont pas du tout une garantie depuis les scandales rèvèlés en France. Certes le pouvoir d'achat des français se dègrade chaque année, ce qui pousse à stabiliser le prix à la vente et cela malgré l'inflation des ingrèdients dùe à leur spèculation boursière. Il y a donc de plus en plus d'astuces dans l'èlaboration des produits industriels pour maintenir le gout, donr l'impact pour la santé ne sont pas nègligeables. Il est salutaire d'informer le consomateur que ce qu'il va manger n'a rien à voir avec la recette originale, et que son organisme va subir une transformation susceptible de le rendre malade. Il serait temps de se remettre à enseigner la cuisine à l'ècole, car la France deviendra un pays de la mal bouffe. La restauration française du fait maison, est devenue trop chère, et pour beaucoup la cuisine française se limite à des plats achetés au rayon des congelés....

  • He Ben He Ben
    He Ben He Ben     

    C'est ça et combien ça va coûter aux consommateurs cette connerie. Elle a pense aux daltoniens cette bécasse ??????

  • Michel Zim
    Michel Zim     

    Simplifier......encore une complication de plus...que de folies.

Votre réponse
Postez un commentaire