En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
L'Académie des sciences souhaite développer la recherche sur les gaz de schiste, contre l'avis du gouvernement.
 

L’institution souhaite des explorations pour connaître les réserves françaises ainsi que la création d’une autorité indépendante. L’avis qu'elle vient de rendre, bien que favorable aux gaz de schiste, reste prudent sur les conséquences environnementales.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • ColibRIC41AC
    ColibRIC41AC     

    Le mirage du gaz de schiste se dissipe :
    Le gaz de schiste continue de faire rêver l’Amérique. A la manière d’une potion magique, il doit permettre à l’Oncle Sam de gagner son indépendance énergétique et de devenir, à terme, le premier producteur mondial d’hydrocarbures.
    Sur le terrain, pourtant, le rêve est en train de virer au cauchemar pour les pionniers du gaz de schiste. Depuis quelques mois, Exxon Mobil, BP Group et Chesapeake Energy réduisent la voilure et enchaînent les dépréciations d’actifs. « C’est une bulle qui risque d’exploser », confie un spécialiste du secteur.
    Et, comme toutes les bulles, elle s’est gonflée en partie sur de fausses informations.
    La durée de vie des puits, par exemple, n’est pas de vingt ou trente ans, comme on l’a prétendu au départ, mais de cinq à dix ans au maximum.
    Les réserves sont revues à la baisse. Et pour cause : les producteurs avaient gonflé les chiffres afin d’attirer les investisseurs. Les banques ont poussé à la roue pour encaisser des commissions moyennes de 200 à 300 millions de dollars par contrat.
    Aujourd’hui se pose clairement un problème de rentabilité. Pour éviter le pire, il faudrait que le prix du gaz double par rapport à son prix actuel, ce qui n’est guère envisageable à court terme, car la production dépasse largement la demande. 17/09/13 levif

  • bonzai
    bonzai     

    IL N'ONT QU'A FAIRE LEURS EXPERIENCE DANS LE JARDIN DE L'ACADEMIE, OU CHEZ LES ACADEMICIENS!!!!!!!!!!!!!!!!!!! NOUS VERRONS SI ILS DONNENT TOUJOURS LEURS ACCORDS.

  • CitronPresse
    CitronPresse     

    Va être dur de venir à bout du sectarisme des écologistes et des bobo, qui crient au meurtre sur tous les médias quand le sujet est invoqué. Pendant ce temps, la France continue de s'enfoncer, les chiffres du chômage sont de plus en plus mauvais.

  • dnomyar
    dnomyar     

    naturellement que nous allons l'extraire ce gaz ......... on est pas con à ce point Non ?

  • civilipoli
    civilipoli     

    Mais QU'ILS PROPOSENT AVEC UNE ETUDE SERIEUSE , je SUIS POUR L'ENERGIE PROPRE mais non sectariste .Ce qu'ils proposent cela coule de soureces MAIS QU4ILS MONTREN par A PLUS B que la nappe préatiques ne sera pas polluée

  • Beppe Grillo
    Beppe Grillo     

    A tourner et virer, vont bien y arriver... Faux-culs !

Votre réponse
Postez un commentaire