En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le tracé du futur métro Grand Paris Express sera doublé d'un réseau de communication.
 

Le consortium chargé de la mise en œuvre du futur métro Express ne veut rater ni la transition énergétique, ni la révolution numérique. Il s'apprête à lancer un appel à manifestation d'intérêt afin d'accompagner la création d'un réseau de communication haut débit et des services connectés.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Et tout ça "gratuitement" avec l'argent des impôts des Français !

  • IHF62
    IHF62     

    Et que fait Montebourg ?????

  • IHF62
    IHF62     

    Et que fait Montebourg ?????

  • quedubon
    quedubon     

    A ce rythme là la France va fermer le rideau !!!! Avis de tempête sur le service public ? France Télévisions ne fera plus appel aux services de Météo France pour établir les bulletins météo nationaux de France 2 et de France 3, révèle le journal Challenges sur son site. Mais ce qui fait monter la température, c'est que le groupe audiovisuel public jette aux orties le prévisionniste national historique pour lui préférer le groupe anglais MeteoGroup et sa filiale française. La météo française à la sauce anglaise, voilà qui n'est pas pour remonter le moral de l'établissement public administratif Météo France, dont la contrat ne sera pas renouvelé après un appel d'offres lancé en juin par la télévision publique. Las, les tarifs du nouveau prestataire sont, selon Challenges, 30% inférieurs à ceux de Météo France. Un détail non négligeable à l'heure où la direction de France Télévisions présente un plan de départ volontaires portant sur 361 postes, dont 90 journalistes, avec pour objectif de ramener les comptes du groupes audiovisuel à l'équilibre. Un plan social déguisé assurent d'ailleurs les syndicats de France Télévisions (CGT, CFDT, FO, SNJ, CGC) qui appellent les salariés à faire grève le 7 novembre prochain. Fini la solidarité entre services publics Le climat n'est pas bien meilleur à Météo France qui a appris début octobre que, dans le cadre des efforts demandés par l’Etat à ses opérateurs, l’établissement va perdre 89 emplois en 2014 après déjà 100 suppressions de postes en 2013 sur 3.500 salariés. «C’est une provocation, s'insurge un syndicaliste de Météo France cité par Challenges, il n’y a même plus de solidarité entre les services publics». Du côté de la direction de Météo France, interrogée par Challenges, on tente de minimiser : «Les activités commerciales de Météo France représentent 10% de l’activité de l’établissement, précise la direction, nos missions premières, en tant que service public, sont la sécurité des personnes et des biens, l’assistance pour l’aéronautique et la défense». Selon Challenges, Météo France a tout de même obtenu un lot de consolation : «Nous avons remporté la fourniture des prévisions pour l’ensemble des éditions régionales de France 3 et celle pour les chaînes Outremer», précise Météo France. Les Anglais ne feront donc pas tout à fait la pluie et le beau temps en France. LeParisien.fr

Votre réponse
Postez un commentaire