En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
En 2003, la grève des intermittents avait entraîné l'annulation du festival d'Avignon.
 

Une mission bipartisane propose de maintenir le régime en place, mais aussi de "contenir" les abus, en s'attaquant aux intermittents les plus riches, ainsi qu'aux employeurs.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • Thierry Decocq
    Thierry Decocq     

    Votre ligne éditoriale est scandaleusement réductrice. Le rapport de la mission présidée par Christian Kert et ont Jean Patrick Gille est le rapporteur a mené un travail de fond (qui ne s'est d'ailleurs pas limitée à l'intermittence) sur l'emploi dans le secteur artistique.

    La préservation de l'intermittence n'est pas une simple préconisation politique et idéologique, mais le résultat d'une analyse de l'ensemble du secteur, loin de tous raccourcis simplistes. La contestation des chiffres de la cour des comptes repose sur cette analyse, qui constate que le régime est certes déficitaire, mais qu'autour de lui s'est construit un secteur générateur de richesse économique et d'emploi. Faudra-t-il rejouer cet été les grèves de 2003 pour le démontrer?

    Il faut certes améliorer le régime, mais là encore, votre angle d'analyse désigne à la vindicte populaire des responsables "les plus riches..." "...et les employeurs" qui doivent payer selon la lecture pour le moins superficielle que fait BFMTV. C'est en partie vrai, mais c'est aussi feindre d'ignorer qu'il y y a 27 préconisations dans ce rapport, avec des mesures véritablement structurante. Celle qui a retenu votre attention est avant tout de portée symbolique, sans doute nécessaire mais dont l'impact économique reste faible (il est estimé à 7 millions d'euros pour un déficit total de 340 millions). Vous semblez d'ailleurs ignorer que c'est chez les techniciens de la télévision que l'on trouve le plus de permittents. En employez-vous sur votre chaîne?

    Ce qu'il faut retenir de ce rapport à quelques mois de la renégociation des accords de l'UNEDIC, c'est que si les partenaires sociaux décident de casser l'intermittence, ce sera non seulement contre la volonté du pouvoir exécutif, mais aussi contre la volonté des représentants du peuple (ce que sont avant tout les députés), une volonté éclairée par un travail remarquable de la mission parlementaire. Les médias complaisant avec les thèses néolibérales apprécieront.

    A suivre donc...

  • riep56
    riep56     

    Comme les saisonniers d'ailleurs sans comptés le nombre de contrats saisonniers où les heures sup ne sont pas payées (ce qui était la raison de la plus faible indemnisation des contrats saisonniers...avoir beaucoup d'heure sup afin d'économiser !) mais remplacées par des RTT.
    Quand on ne sait pas de quoi on parle vaut mieux rien dire !!!

  • riep56
    riep56     

    Ce que tu dis est totalement faux car les fonctionnaire cotisent pour le chômage !
    Et ne pouvait on pas dire exactement la même chose pour sarkozy qui faisait des lois sur mesures pour ses amis les plus riches ???
    Quelle hypocrisie....

  • sarah040000
    sarah040000     

    A QUAND UNE GRANDE REFORME DE L'ETAT DE LA MASSED D ELUS QUI SE GOINFFRENT PARTOUT DES LES INSTITUIONS? LES FONCTIONNAIRES là où il faut 2 personnes il y a

  • sarah040000
    sarah040000     

    gabegie mais on pourrait aussi revoir le montant des allocations chomage les fonctionnaires les intermittents ne paient pas de cotisation chomage alors encore le privé qui paie comme les retraites que l'on diminue !!! quelle honte;;;IL Y A DU BOULOT mais là M. HOLLANDE ne veut toucher à son électorat c'est scandaleux quand il nous parle de justice sociale scandaleux il nous prend pour des imbéciles..les privilèges des journalistes ! etc etc .......

  • sarah040000
    sarah040000     

    et oui il y

  • korben
    korben     

    censuré le korben

  • orthographe
    orthographe     

    Orthographe BFM SVP.
    "Concrètement, elle veut "interdire" le statut d'intermittent à ceux qui déclare travailler 151 heures par mois, soit l'équivalent d'un temps plein. " ..... ceux qui déclareNT,
    et korben, super la classe d'utiliser un beau mot comme gabégie, mais quelle crédibilité quand gabégie cotoîe "maintienT", "ilS", "partiS" ?

  • Max Tusalem
    Max Tusalem     

    Ben, moi j'aime bien "contenir les abus", donc y a abus, mais faut pas abuser des abus c'est ça ?
    Et puis la "permittance" fallait la trouver celle-là,il faut comprendre intermittent à plein temps, mais bon depuis qu'on a inventé la bravitude tous les mots sont permis, et s y arrivent à camoufler la réalité, c'est encore mieux!
    Mais le pompon c'est quand même l'inénarrable Michel Sapin qui le décroche: comparer un chômeur intermittent statutaire à un malade, fallait oser !
    Résultat des courses: tous d'accord pour faire financer le business du spectacle français par le travailleur qui cotise....
    Ben oui, les fonctionnaires cotisent pas au chômedu, y vont pas au cinoche ?

    Avec cette bande de branquignols, on est pas sortis de l'ornière.
    Je te les mettrai en intermittents permanents de la politique fissa, c'est une question de survitude maintenant euh de survie bien sûr!

  • masplug
    masplug     

    Cette décision pourrait rendre bien service au intermittents " artistes" et secouer le train de vie des réalisateurs qui touchent beaucoup trop pour ce qu'ils font ! et en plus, ils se prennent pour d'autres ... ce statut doit rester en place pour les métiers du spectacle vivant !

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire