En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Jean-Paul Herteman a indiqué qu'un écart de change de 10 centimes peut coûter 300 millions d'euros à son groupe.
 

Le PDG de Safran était l'invité de BFM Business, ce jeudi 20 février. Il est revenu sur les résultats de son groupe, qui a enregistré un bond de 22% de son bénéfice. Il a également décrié la parité de l'euro dollar ".

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • franck69
    franck69     

    Figaro 28-03-2008 .-
    Louis Gallois.- " l'Euro à son niveau actuel est en train d'asphyxier une bonne partie de l'industrie européenne en laminant ses marges à l'exportation. Si cela continue, l'industrie exportatrice fuira l'Europe. C'est la seule réponse à sa disposition pour survivre".


    Safran va transférer des activités hors de la zone euro

    Home ACTUALITE zSociétés françaises
    Par Le Figaro
    Publié le 27/03/2008 à 09:15

    «Safran investira 50 millions d'euros en 2008, comme en 2007 et en 2006, pour transférer des activités hors zone euro. Au-delà de 2008, cela va diminuer. L'essentiel aura été fait, on optimisera. Mais si la dérive du dollar face à l'euro se poursuit, on transférera d'autres tranches d'activités» , a déclaré hier Yves Leclère, président de la branche équipements de Safran. Celle-ci compte des sites aux États-Unis et au Mexique, en Asie, au Maghreb et en Europe de l'Est. Aujourd'hui, plus de la moitié (55%) de l'activité de cette branche pâtit de la faiblesse du dollar, dans la mesure où la production a lieu en zone euro, alors que les recettes sont en dollars. En 2010, Safran compte réduire cette part de 10 points.

    et voilà ou nous en sommes en 2014 - 6 ans après :

    Cela s'appelle le génocide économique de la France

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Nous ne pouvons pas mener de politique monétaire sans organe politique officiel ou avec l'élection de guignols sans charisme ni ambition qui serviraient d'organe politique officieux. Bref après le "non" au traité. Et nous attendons toujours le plan B...

Votre réponse
Postez un commentaire