En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
La chute des cours mondiaux du blé et du maïs, traditionnellement grands consommateurs de pesticides, a probablement suscité des vocations vers le bio, mieux rémunéré.
 

800 fermes françaises ont démarré leur conversion vers la production biologique en 2015, dont 300 dans le Sud-Ouest. La France ne devrait ainsi plus avoir besoin d'importer de blé et de maïs bio. 

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire