En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Ces portiques doivent permettre à la SNCF de lutter contre la fraude
 

Les premiers portiques seront opérationnels dans les jours à venir à Paris-Montparnasse, rapporte Le Parisien. Des équipements qui doivent permettre au groupe de lutter contre la fraude, qui lui coûte plus de 300 millions d'euros par an.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • ksven
    ksven     

    Bien qu'ayant déjà pris un TGV, j'ai un peu de mal à imaginer que de telles sommes se justifient par rapport à un taux de fraude peut-être imaginaire. Ça ressemble plus à une opération de détournement de fonds par copinage. Un peu comme le péage des autoroutes: il serait tellement simple de faire payer une vignette annuelle, comme en Suisse, un prix forfaitaire, d'autant plus bas qu'il éviterait l'achat et la maintenance de centaines de millions d'équipements et ses frais de maintenance. Sans compter les embouteillages créés artificiellement. Mais il faut croire que ça profite aux marchands de portiques. Des copains?

Votre réponse
Postez un commentaire