En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
A400M au décollage lors de son vol au salon de l'aéronautique du Bourget, l'avion gros-porteur fera ses débuts officiels pendant le défilé du 14 juillet.
 

L’A400M va enfin faire ses débuts officiels lors du défilé du 14 juillet. Attendu depuis de longues années par les militaires, les premiers exemplaires vont être mis en service dans l'armée française.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • bfmI4U
    bfmI4U     

    Il va trouver fort à faire avec l'Antonov 70. Celui-ci a des performances supérieures (distance de décollage et d'atterrissage plus courte, autonomie à charge égale nettement supérieure, charge utile maximale très supérieure - 10 tonnes!). Il semble doté de la même polyvalence (transport stratégique et tactique, évasan, ravitaillement en vol). La seule supériorité de l'a400m: certification civile qui lui permet de s'intégrer dans les couloirs civils, mais cette capacité a alourdi le poids de l'avion de 13 tonnes!
    J'ai du mal à comprendre quel avantage déterminant cette certification civile donne à l'a400m.

  • MICK Bravo
    MICK Bravo     

    > @Phenix78 : Oui ! il était temps ! J' ai volé (comme largueur ) sur un" transall " de présérie en 1968 . . . Le A400 M est super . . . C' est incroyable ! je l' ai suivi un jour sur " Flightradar24 " (1) et je l' ai vu voler , en palier " à plus de 900 Km/h . . . Je n' en croyais pas mes yeux s' agissant d' un turbopropulseur . (1) http://www.flightradar24.com/

  • Phenix78
    Phenix78     

    Vous plaisantez quand vous dites que l'Armée de l'Air attend cet avion l'A400M depuis dix ans. Quand j'ai quitté en 1974, on en parlait déjà depuis longtemps. Cet avion, on l'appelait "l'Arlésienne". Je ne pensais même pas le voir un jour, mais il faut reconnaître qu'il est beau.

Votre réponse
Postez un commentaire