En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Selon Areva, le défaut sur la cuve de l'EPR de Flamanville ne pourra être prouvé qu'à l'issue des tests.
 

Pour Philippe Knoche, l'EPR reste un programme industriel d'avenir, malgré les nombreuses critiques.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Oskar Lafontaine
    Oskar Lafontaine     

    Le patron d'Areva peut bien raconter ce qu'il veut, il n'est plus crédible, l'EPR n'étant plus crédible non plus. Avec un prix de 10 milliards d'euros, sinon plus, et le projet d'Hinkley Point en Cornouailles est à 32 milliards d'euros pour deux EPR selon Bruxelles, l'électricité d'un EPR ressort au moins à plus de 110 euros du mégawattheure, alors que le prix du marché en Europe est à moins de 50 euros sur l'année en moyenne. Et orienté à la baisse. Qui peut croire encore à la compétitivité du nucléaire en général et de l'EPR en particulier pour produire de l'électricité ?

Votre réponse
Postez un commentaire