En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Lors de sa sortie en Chine, Lucy, de Luc Besson a explosé les records de fréquentation.
 

Une délégation française, encadrée par Unifrance, est à Pekin pour promouvoir le cinéma français. L'enjeu est colossal, car aujourd'hui, entre les quotas et la censure, très peu de films étrangers sont diffusés dans un pays qui compte pourtant 20.000 écrans.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • NG
    NG     

    Désolé mais je vais minorer un peu ce bel enthousiasme.

    Le titre déjà est mensonger "Les films français à l'assaut de la Chine". Entre un souhait et la réalité, il y a une différence.

    La cadence des réunions franco chinoises est erronée. Il y en a deux par an: une en Décembre à Pékin avec les Français en Chine (co organisée par Unifrance) et une en France a Cannes en Mai avec les Chinois en France (co- organisée par CNC et FCCF (Festival du Cinéma Chinois en France) qui représente en France le Bureau du Film de SARFT). Cette année la rencontre de Mai portait sur les co-productions et celle de Décembre sur la distribution. L'année prochaine ce pourrait être le contraire (ou bien des thèmes différents). Ce n'est pas figé.

    Si un film comme "Lucy" ou bien "Colombiana" (les productions EuropaCorp en général) ont bien marché, c'est d'une part parce Luc Besson a su faire le bon deal en s'associant avec la société Fundamental qui distribue directement ses films (ils ont aussi une co-production dans le pipe). On peut donc dire qu'il a été plus avisé que tout le monde. Et aussi (surtout) parce que le public chinois assimile ces films à des films américains et non français ("Lucy" n'a en stricte apparence rien de français: stars américaines et scénario d'un blockbuster hollywoodien). Le seul film français de l'année à avoir effectivement tiré son épingle du jeu (en dehors des productions Luc Besson) est en effet " Une vie simple » de Pascal Chaumeil avec Dany Boon et Diane Krüger mais sans atteindre non plus des sommets. Voir un film de Xavier Beauvois distribué dans un réseau de salles, comme le préconise le président d'Unifrance n'est à mon avis pas pour demain et cela relève un peu de l’utopie. Mais il n'est pas interdit de rêver…..Il est vrai qu'il dit « à plus ou moins longue échéance ", dans ce cas, ce serait effectivement plutôt la " longue échéance" qui serait appropriée. Ceci dit, il est normal que le président d'Unifrance fasse son job, c'est à dire promouvoir le cinéma français à l'étranger. Les médias devraient cependant se garder d'annonces trop enthousiastes qui pour le moment sont loin de la réalité et ne peuvent que duper les non spécialistes.

  • gouik
    gouik     

    On risque juste de filer la déprime aux chinois tant nos films dont déprimants.

  • 109600
    109600     

    Déjà, en 1974, le tournage du film "Les chinois à Paris" de Jean Yanne avait fait l'objet de pressions de l'ambassade de Chine à Paris et notre ambassadeur à Pékin Etienne Manac'h avait été convoqué par le vice ministre des affaires étrangères de Chine. De plus, des envoyés de l'ambassade venaient chaque jour photographier méthodiquement décors, équipe et figurants. Mais à l'époque la France avait tenu bon et le film était sorti. Aujourd'hui, en serait-il de même?

  • davidabell
    davidabell     

    Triste que le représentant du "Film Français" soit un mauvais film d'action avec une actrice incompétente...

Votre réponse
Postez un commentaire