En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le livret A séduit de moins en moins.
 

La décollecte nette s'est établie à 790 millions d'euros en novembre, selon les chiffres publiés ce lundi 23 décembre par la Caisse des dépôts. Il s'agit du troisième mois consécutif de baisse.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • servitudevolontaire
    servitudevolontaire     

    Union bancaire : la France arnaquée



    [Article inspiré par Alternatives Economiques, un texte de Guillaume Duval. Sauf qu'ici, l'orientation politique de la question n'est pas neutre]

    Nous avons pris l’habitude de nous méfier de tout effet d’annonce venant de Moscovici. Ce dernier a semblé vouloir afficher un optimisme débridé suite à la mise en place de l’Union Bancaire. Pour rappel, cette Union Bancaire est là pour faire face aux problèmes que posent les banques en faillites aux États. Ces institutions, lorsqu’elles sont en difficulté, sont très souvent aidées par l’État en augmentant la dette de ce dernier. C’est notamment une des raisons principales pour laquelle la dette Espagnole est passée de 36% du PIB en 2007 à 97% aujourd’hui, mais cela fut vrai pour la plupart des pays européens.




    Suite au début de la crise de 2008, cette fragilisation globale du système a entraîné une crise de confiance des banques envers leurs partenaires (autres banques et créanciers). Sans investisseurs plus souples sur les conditions de prêt, les projets furent moindres et la croissance en a pâti.

    L’autre aspect vicieux qu’il convient de souligner est que les pays ayant en leur sein des banques vermoulues ont vu les investisseurs devenir frileux vis-à-vis de la dette du pays. Dès lors les taux d’intérêts ont augmenté et du coup, la dette aussi : ce processus est clairement identifié en Europe du Sud.

    L’union bancaire avait donc pour projet de briser le lien État / Banques en plaçant ces dernières sous la houlette de la BCE qui devait garantir la solidarité interbanques pour celles qui sont installées dans l’UE.

    Dans le cadre de cette union, les payeurs se retrouvent être, non plus les états, mais les créanciers et les gros déposants au delà de 100 000 euros (je parie que ce plafond de 100 000 euros sera amené à être baissé). Tandis que sur le papier l’idée semble juste elle n’en est pas moins scandaleuse car elle soulève une fois encore, après l’épisode chypriote, l’idée que l’argent des épargnants ne leur appartient pas. Aussi, face à ce risque, il est probable de voir les plus gros déposants se faire la malle fragilisant encore un peu plus certaines banques notamment celles d’Europe du Sud.

    Pour une fois, la Commission n’a pas forcément le mauvais rôle, c’est l’Allemagne qui l’a. Si Moscovici se vante d’avoir obtenu l’Union Bancaire, il oublie de préciser que cette union est posée aux conditions allemandes ! Pour les français, le projet originel voulait que la BCE puisse superviser toutes les banques. C’est sans compter que l’Allemagne aime bien avoir de petits éléments qui alimentent son économie, que ça soit ses fameuses petites PME qui exportent ou bien ses caisses d’épargne qui financent. Les conditions allemandes posent donc l’obligation suivante : la BCE ne pourra superviser que les plus grandes banques (130 établissements regroupant à eux seuls 85% des actifs bancaires). Ce n’est déjà pas si mal me direz-vous ? A y regarder de plus près, on constate que ce système met sous supervision la moitié des banques françaises pour seulement 1/7ème des banques allemandes. Pour ce qui est de la solidarité, on repassera !

    Pour résumer, nous avons là une union bancaire aliénante pour la France. Notre vieux pays répondra présent quand l’Europe du Sud sera en grande difficulté (et ça arrivera), alors que l’Allemagne sera une fois encore bien plus protégée. Je crois qu’on s’est bien fait avoir. Aussi peut-on s’interroger sur la légitimité de la BCE à superviser quoique ce soit quand on observe son manque d’efficacité pendant la crise.

    N’eut-il pas été plus souhaitable, pour les intérêts de la France, de créer une vraie loi de séparation bancaire pour annihiler au mieux les risques que peuvent connaître nos banques tout en se passant de cette union qui est une énième usine à gaz ? J’ai le sentiment que l’union bancaire n’est là que pour rassurer ceux-là même qui sont à l’origine de la crise et imposer toujours un peu plus une marche forcée vers le fédéralisme que seuls les financiers et autres hurluberlus démocrates souhaitent voir.

  • parlervrai
    parlervrai     

    Pour ma part j'ai liquidé mon livret A pour mettre l'argent dans un coffre, comme ça, cet argent ne profitera pas à l'état..... de toutes façons, avec un taux aussi ridicule et il va encore baisser, les intérêts sont minables ! ! ! !

  • deuxc
    deuxc     

    Il est actuellement plus sage de conserver ses économies ailleurs que dans une banque...

  • FLAADERCHE07
    FLAADERCHE07     

    ce qui va me faire plaisir en 2014 c'est les banques qui vont faire les frais
    après le livret ils ferrons moins les fanfarons des voleurs comme fait l'état

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Avec la recrudescence des cambriolage, faut être drôlement courageux ;)

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Les gens n'ont plus d'argent, plus de travail, plus de revenus. Ils prennent sur leurs économies pour assurer leur subsistance.

  • Dumo
    Dumo     

    et vous oubliez ces autres français qui prévoient par défaut des économies en liquidité..et oui ... et nombreux y pensent et s' y sont mis.. Les banques n' en parlent pas mais c' est ce qu' elle craignent le plus...

  • Alan taf
    Alan taf     

    Les gens ont retiré de l argent pour aider leur propre consommation. Ce que j ai fait. Y a rien a dire

  • deuxc
    deuxc     

    C'est un peu ce que souhaitait le gouvernement, non? Histoire de relancer la consommation...Et puis au moins, le côté positif, c'est que les logements sociaux réservés à certains et uniquement à certains seront moins financés avec l'argent des Français qui n'y ont pas droit, eux!

  • quidambof
    quidambof     

    on n'a pas d'argent comment voulez qu'on épargne ??? et si on en a un peu c'est pour aider les enfants !!! alors cherchez l'erreur ,,,????

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire