En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Et si les pneux Michelin étaient bientôt fait à base de betteraves au lieu de pétrole?
 

Equiper une voiture de pneus à base de betteraves ou de paille : voilà le nouveau défi de Michelin. Le groupe français cherche en effet des alternatives pour la fabrication du caoutchouc à base de pétrole. Mais il faudra attendre 2020.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Celimene
    Celimene     

    la question que l'on peut se poser .... pourquoi n'y ont ils pas pensé avant ! depuis le temps que la betterave existe ! on nous prend pour des imbéciles ...

  • Beppe Grillo
    Beppe Grillo     

    Et revenir aux roues en bois, cerclées, non ? Des stratèges qu'on vous dit.

  • pasquedubien
    pasquedubien     

    feraient mieux de s'attaquer aux normes , de précaution totale : pneus très chers , qui permettraient de rouler à la vitesse d'un avion, avec le poids !!! s'il n'y avait pas les tire-fric !!!!!

  • pasquedubien
    pasquedubien     

    pourquoi pas , l' automobiliste est bien une vache à fisc !!! sans tourteaux !!!!

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Et en 2020 quand on utilisera le peu de champs qu'il restera pour fabriquer du plastique on mangera quoi ? Ouais des pneus recyclés, pourquoi pas.

  • boris2748
    boris2748     

    Pourquoi pas, mais les surfaces agricoles dégagées ne serviront pas à l'alimentation des hommes.

  • Incroyable et merveilleux
    Incroyable et merveilleux     

    Bon ,c n'est les écolos qui vont être content. Car pour le recyclage on aura qu a les bouffer en vinaigrette!

  • Francois Leroy
    Francois Leroy     

    ALLEZ et encore 14,7 millions d’euros d"argent public les entreprises ne veulent pas payer d'impôts, mais veulent plus de subventions et d'aides

Votre réponse
Postez un commentaire