En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • bijouxbandit
    bijouxbandit     

    Quand la concurrence du rail va arriver, il va bien falloir faire des économies ! Le président de la SNCF peut remercier le ministre des transport Frédéric Cuvillier : grâce à lui il restera seul maître à bord du réseau hexagonal jusqu'en 2019, date imposée par Bruxelles pour son ouverture complète à la concurrence. Emporté par son libéralisme, le précédent gouvernement avait pourtant voulu faire du zèle en laissant les opérateurs privés investir les lignes Corail dès 2014. Plus de 2 français sur 3 seraient favorables à cette réforme, selon plusieurs sondages paru fin 2011. La SNCF, par contre, n'est pas pressée : la libéralisation du fret il y a 5 ans lui a fait perdre 200 millions d'euros en 2011 en raison notamment DU COUTEUX STATUT DE SES CHEMINOTS !

Votre réponse
Postez un commentaire