En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Pour Laurence Parisot, Christophe de Margerie est un homme qui "avait une vision pour son entreprise, mais aussi pour la France".
 

L'ancienne patronne du Medef a, ce mardi 21 octobre, rendu hommage au patron du groupe pétrolier sur BFMTV, décédé quelques heures auparavant. Elle a souligné aussi bien ses qualités humaines que professionnelles.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • 1PourAvis
    1PourAvis     

    Parole du PDG CM en janvier 2014....Le groupe pétrolier est régulièrement accusé de ne pas payer suffisamment d’impôts en France alors qu’il réalise des bénéfices colossaux. «Nous payons aujourd’hui à peu près 14 milliards d’impôts, ce qui représente 56% de nos résultats avant impôts. On est bien au-dessus de l’impôt de droit commun français», a expliqué Christophe de Margerie.

    Mais ces impôts sont dans une très grande proportion acquittés à l’étranger, «là où on fait des bénéfices», alors que l’activité de raffinage-pétrochimie en France a par exemple perdu environ 500 millions d’euros en 2013. «Notre activité française est en perte. (...) Nous ne pouvons pas payer d’impôts sur des pertes», a insisté Christophe de Margerie.

    «Mon rêve, ce serait de payer plus d’impôts en France», a-t-il poursuivi, soulignant qu’en 2012, son groupe y avait quand même payé «1,2 milliard de taxes». «Si jamais nos activités (...) s’améliorent en France, nous paierons plus d’impôts», a-t-il encore dit. Pour 2013, le PDG de Total a estimé que le résultat du groupe «ne sera pas forcément en hausse».

Votre réponse
Postez un commentaire