En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La couverture de l'ouvrage de Thomas Piketty, "Le Capital au XXIe siècle".
 

L'économiste Français auteur d'un best-seller qui appelle à taxer davantage le capital répond aux critiques du Financial Times ce 25 mai, et dénonce la "malhonnêteté" du quotidien financier.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Ansaldo
    Ansaldo     

    En vulgarisant un peu je me permets juste de dire que des taux confiscatoires n’ont jamais été enclins à participer à la création de richesse. Bien au contraire. Surtout quand l’état redistribue de manière subjective en assistant au lieu d’investir pour améliorer la création de richesse. Cela induit un effet multiplicateur négatif à la création de richesse encore augmenté des fuites de capitaux dans un système ouvert comme le nôtre. :) Aussi afin de palier à ces moins-values macroéconomique l’état empruntera afin d’alimenter un système déséquilibré par nature. Le cercle vicieux mis en place participera avec le temps à la ruine irrémédiable d’un système trop sociale et pas assez rentable. La spoliation généralisée n’arrangera rien, juste peut-être deux décennies ensuite les déséquilibres auront raison du système lui-même.

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Bonjour, Humakt, DavidAbell. En critiquant le postulat de Mr Piketty, je n’ai jamais émis l’hypothèse qu’il faille un retour au 19ème siècle pour que l’économie reparte où pour que le bien être soit maximisé, loin de là. Je dis à contrario de vous, que ce model ne fonctionne pas, qu’il est utopique et anti productif. (Points très facile à étayer au besoin). Les personnes travaillent pour maximiser, sous contrainte, leur bien-être et le transmettre à leurs enfants. Empêcher toute transmission est juste inaudible. Vous pouvez qualifier cela de rétrograde à votre convenance, mais au moins, en l’occurrence, il s’agit de la réalité des personnes qui travaillent et se défoncent tous les jours de par le monde. Vous, vous défendez une fiction, une utopie. Aussi petite question parlez-vous d’étatisme ou de communisme car l’étatisme est juste un terme qui désigne un système politique qui prône l'intervention de l'État dans la vie économique et sociale. Le communisme bien sûr, c’est le lissage dans la misère crasse de l’être Humain, au profit d’une oligarchie décadente et dominante. Certains étatismes prônent en effet la spoliation généralisée comme le moyen de maximisation du bien-être des populations. Aussi avez-vous remarqué une corrélation positive entre pourcentage d’illettrisme, pauvreté et pourcentage de population où ces utopies prennent racines ? Ici en France, grâce à un étatisme éclairé les gens sont plus instruits et ces discours altermondialistes ne prendront pas racine d’aussi tôt.

  • Humakt
    Humakt     

    l'ONU était une image (clair et compréhensible de tous je pense). Pour l'aspect XIX ème Siècle, je vous invite a lire ou au moins vous renseigner sur un l'ouvrage que vous commenter via cet article.

  • DavidAbell
    DavidAbell     

    Ansaldo, au risque de passer pour un extrémiste, mais de nombreux pays voudraient une spoliation au niveau mondial. C'est un rêve partagé par de nombreux étatistes.

    On commencerait avec une toute petite taxe, comme la Taxe Tobin (Mr. tobin était d'ailleurs contre!) puis au nom de la "lutte contre la pauvreté" on l'augmenterait et on lui trouverait des petites sœurs.

    Il suffit de voir la CSG en France pour voir comment fonctionne l’étatisme...

    Mais rendre leur liberté économique au gens, comme garanti par la Déclaration des Droits de l'Homme et on vous dit que vous voulez revenir à l'âge de Pierre!

  • DavidAbell
    DavidAbell     

    Vu la manière dont l'ONU fonctionne dans la réalité (elle fait de l’interférence pour permettre les massacres comme en Syrie et en Afrique tout en permettant aux pays qui sont emblématique du manquement aux Droits de l'Homme d'attaquer le Vatican - clairement un grave problème dont personne ne parle... Tout cela sans parler de l'anti-sémitisme ambiant...

    Un humanité "plus évoluée" fermerait les Nations Unies immédiatement!

    Quand à l'argument de l'homme de paille. Qui a dit de revenir au XIXeme siècle? Personne sauf vous!

  • DavidAbell
    DavidAbell     

    Marty Feldstein, dans le Wall Street Journal (page éditoriale) a aussi expose les erreurs méthodologiques de Mr. Piketty qui utilise les déclarations fiscales comme source sans se soucier des changements dans la loi fiscale (autrement dit, la baisse des taux marginaux a ramené beaucoup de revenus dans l’économie taxable et hors des emprunts exonérés par exemple).

    L'idée qu'un taux à 80% ne tuerait pas l'activité économique reste d'une telle audace, compte tenu du fait qu'on l'a déjà essayé et que c'est prouvé que cela ne marche pas qu'il est difficile de ne pas attaquer sa bonne foi.

  • Humakt
    Humakt     

    Certe, il faudrait une humanité bien plus évoluée pour créer une ONU économique, capable de mettre en place un vrai système de redistribution des richesses a l’échelle de la planète. Mieux vos tendre vers un retour au modèle d'égalité qu'était le 19ème siècle, après tout certain y trouvait leurs comptes .

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Le model proposé par Mr Piketty est une ineptie, ne serai-ce que par le fait que pour que son système fonctionne, il faudrait une taxe mondiale. Bien sûr, celle-ci ne verra jamais le jour, puisque il n'existe aucune supra instance représentative du monde entier et qui serait légitime pour imposer une telle spoliation généralisée.

Votre réponse
Postez un commentaire