En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les entreprises sont freinées par l'emploi du cinquantième employé, qui entraîne des contraintes supplémentaires.
 

Le chômage est reparti à la hausse au mois de novembre. Et si les entreprises hésitent à embaucher c'est notamment à cause d'effets de seuil. Certaines choisissent de limiter le nombre de leurs employés à 49, pour ne pas avoir à faire face à de nombreuses contraintes.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

15 opinions
  • liberal374
    liberal374     

    et combien de postes proposés correspondent à des emplois qualifiés
    reponse peu, des emplois au smic, pour les gens bac +

  • liberal374
    liberal374     

    les emplois non attribués c est quoi : des emplois de négociateurs immo sans fixe, de vrp, en plus, il y a des limites d age, car j ai un ami 55 ans postulant dans de nombreux postes, à reçu comme reponse, qu'il ne correspondait pas à leur recherche, on ne dit pas qu'il faut avoir 20 ou 30 ans, et certainement des postes dans la restauration avec une amplitude de 7 à 13 h et de 18 à 22 h (un exemple)

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Le 50ème salarié est un frein évident. Mais le premier frein est le CA et in fine le ratio fond de roulement par rapport au besoin en fond de roulement. Le gouvernement s'évertue à faire en sorte que le besoin en fond de roulement augmente tout le temps alors que le fond de roulement diminue faute de CA..... Pas besoin de vous faire un dessein...

  • jps41
    jps41     

    Je pense qu'effectivement les obligations, les coûts, les emm... qu'apporte le seuil du 50° employé, n'invite pas les entreprises à le franchir et c'est un vrai frein.
    Ce n'est malheureusement pas le seul.
    Si les recrutement étaient de nouveau le fait du n+1 ou n+2 dans chaque secteur où un poste pourrait être créé, on n'aurait pas les 132.000 postes non pourvus car le recruteur et le postulant pourraient voir de suite s'il y a compatibilité et compétences en adéquation avec la demande...
    Mais ce n'est plus le cas car le DRH (dans la peur du reproche de ne pas avoir recruté la bonne personne) s'appuie sur les sociétés de recrutement qui elles, placent volontairement le niveau d'exigence bien plus haut que le poste ne le demande pour, soit trouver la perle rare (qui n'existe pas), soit ne trouver personne (par peur du reproche de ne pas avoir proposer la bonne personne...n'aurait-on pas déjà vu cette petite phrase?)

  • liberal374
    liberal374     

    trop de barrieres, mais le plus important le chiffre d affaire, un gérant

  • valgego
    valgego     

    Effets pervers d'une administration bolchevik , et doléances patronales , le vrai problème reste le carnet de commande .

  • kent
    kent     

    Le cout du CE et les contraintes syndicalistes tout bonnement

  • Oliver Seccombe
    Oliver Seccombe     

    On le voit tous les jours sur le terrain !! les entreprises sont d'abords les victimes de l'administration fiscale de ce pays !!! le reste ! c'est du blabla !

  • liberal374
    liberal374     

    combien coute les syndicats à l etat, car c est l etat qui subventionne les syndicats

  • pasquedubien
    pasquedubien     

    pourquoi " les freins" ?? le " frein" eût suffi !!!!!!

Lire la suite des opinions (15)

Votre réponse
Postez un commentaire