En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Eric Garandeau, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, sur la sellette après le changement de majorité
 

Un rapport confidentiel de l'Inspection des finances liste toutes les aides et subventions publiques dont bénéfice le 7ème Art.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Pat Car
    Pat Car     

    Bon il en manque au moins une.....et de taille : La loi TEPA !!!

    En effet, profitant de l'aubaine fiscale de la loi Tepa, nous assistons à la création de nouvelles sociétés dédiées à la production cinématographique.

    Ces sociétés font appel à l'épargne privée par le biais de propositions d'investissement financées par le contribuable français.......

    Je Précise : Un contribuable redevable de l'ISF peut investir jusqu'à 90.000 € au capital de cette société et bénéficier d'une réduction du montant de son ISF de 50% du montant de son investissement, soit 45.000 €. Il ne prend donc un risque que sur 50% de son investissement, plus tu es riche, moins tu prends de risques grâce à sarkozy.....

    Alors imaginez un Depardieu, qui se gave en rémunération sur le film, c'est bien de l'argent du contribuable qui le finance, d'autant qu'il peut de surcroit, en investissant lui même obtenir de confortable réductions fiscales........

    CAR ce n'est pas tout, pour le même type d'investissement, il peut aussi bénéficier de réduction d'impôt sur le revenu à hauteur de 18% du montant de son investissement !!!

    Elle est pas belle la vie ??

  • LosLamas
    LosLamas     

    S'interroger sur les subventions perçues par tout secteur d'activité est très sain, et l'audiovisuel français (incluant le cinéma) n'a rien à cacher, en principe. Je trouve toutefois que cet article est "à charge". Exemple : considérer que le taux de TVA des salles de cinéma (7%) est une subvention de l'Etat me semble de très mauvaise foi. Ce taux (auparavant à 5,5% et bientôt à 10%) a été accordé aux livres et aux spectacles car ce sont des produits culturels, et qu'il faut en faciliter l'accès aux citoyens. À moins de considérer que le cinéma n'est pas un produit culturel, évidemment, ce que les Américains aimeraient beaucoup car cela ferait sauter toutes les aides publiques et faciliterait leur suprématie. Quant aux régions, il faut savoir que beaucoup d'entre elles ont du mal à consacrer plus de 1% de leur budget à la culture, donc que le cinéma et l'audiovisuel sont minuscules dans leurs postes de dépenses généraux. Je terminerai en disant que l'écrasante majorité de nos concitoyens qui travaillent dans ce secteur ne gagnent pas mieux leur vie que dans les autres secteurs et souffrent de la crise comme beaucoup. Donc avant de taper dessus il serait bon de se poser la question : on souhaite se défouler sur qui exactement ?

  • marc028
    marc028     

    Encore un machin qui fait des trucs choses qui ne sert à rien !!!
    Ca serai moi je réduirai cette enveloppe de 750 M€ à 0 € ! cash !
    Ca fera autant d'argent en plus dans la VRAI économie !!!

  • guisaim
    guisaim     

    Quand on voit le nombre de navets qui sort en France chaque année, le gouvernement devrait revoir sa participation pécuniaire à la baisse, tant du coté des gens du spectacle (éternels chomeurs) qui ne veulent surtout pas changer de métier, que du coté production sans oublier les différentes niches qui ne servent qu'à remplir les poches de ceux qui en ont !!!

Votre réponse
Postez un commentaire