En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
L'ancien quartier populaire de Soho à Londres est avec Williamsburg à New York ou Bastille à Paris un haut lieu de ce qu'on appelle la gentrification.
 

Une étude américaine montre que la gentrification des quartiers populaires, loin de se faire au détriment des ménages modestes, pourrait leur être profitable. Mais sous certaines conditions.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Jacques Bolo
    Jacques Bolo     

    C'est une erreur de croire que la gentrification est nuisible aux classes populaires. D'autant que ceux qui viennent dans ces quartiers ne sont pas si riches, sinon, ils iraient ailleurs. Elle correspond plutôt à l'embourgeoisement naturel (du fait de la hausse du niveau d'éducation) dans un même quartier, ou la mobilité naturelle des autres classes populaires

    (embourgeoisées) en provenance d'autres quartiers du fait de la mobilité géographique et professionnelle.

    Penser le contraire est un simple recyclage de l'injonction stalinienne de "ne pas trahir sa classe" (ce qui ne signifie rien quand la structure des qualifications change), pour ne pas dire un recyclage de l'injonction traditionaliste de "devoir rester à sa place" (dont la première est d'ailleurs une variante inconsciente).

Votre réponse
Postez un commentaire