En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Marine Le Pen
 

Invitée de BFMTV-RMC, la candidate du Front national à la présidentielle a exposé sa vision du mix énergétique français. Elle défend le maintien du nucléaire et fustige l'éolien, une énergie renouvelable qu'elle juge "épouvantable et chère".

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Louison Boby
    Louison Boby     

    Aucune éolienne nulle part. Voilà des propos de bon sens pour stopper le gaspillage d’argent public qui enrichit des privés sans la moindre honte. Cet argent gaspillé manque dans le budget des communes à qui on a fermé le robinet pour engraisser des profiteurs. C’est une ruine pour le consommateur, un désastre pour l’environnement, une catastrophe écologique qui augmente les émissions de gaz à effet de serre au lieu de les réduire, et aussi un drame sanitaire. Il serait temps que les responsables politiques cessent de mentir pour ramasser des voix et prennent leurs responsabilités comme le fait M. Lepen. En tout cas bravo pour cette position claire et intelligente.

  • roberton
    roberton     

    Em premier lieu comparons ce que font nos voisins. Le parc allemand de production d´électricité renouvelable PV et éolien c´est en 2012, 60 GW pour 75 TWh de production, le nuc Français 63 GW pour 410 TWh de production. Ainsi la moitié de la puissance installée fournit Outre-Rhin 1/7 de la production; en France les 3/4... La différence s´explique par l´intermittence: les capacités de production renouvelable fonctionnent 1200 heures par an pendant que les capacités nucléaires tournent à plein régime, 6500 heures par an. Pour assurer l´alimentation du réseau en continu afin de répondre à la courbe de demande il faut mettre en place des capacités de production classiques, à base de combustibles compensant les périodes creuses de production des énergies intermittentes. C´est la production par les centrales au charbon (66 millions de tonnes de charbon venant des USA), ou au lignite épouvantablement polluant; ou au gaz naturel importé en grande part de Russie créateur de dangereuse dépendance. Et le coût de l´occupation de l´espace foncier, 4000 kilomètres de lignes électriques à haute tension pour équilibrer les productions sur le territoire; des milliers de kilomètres carrés mobilisés par les panneaux et les mâts.
    Durant une tempête en Allemagne, fin 2013, la production éolienne est passée de 500MWh à 27000MWh, multiplier la quantité d´énergie par 54 en 24h devient ingérable sur le réseau. Pour remplacer le nuc Français par des renouvelables il faut investir au moins 200 milliards (éolien et photovoltaïque) + 50 milliards de thermoélectriques à gaz ou charbon dû à l´intermittence et acheter en plus tous les ans 20 milliards en énergies fossiles, bonjour les impôts et le doublement ou plus de la facture de l´énergie électrique. Le kWh nucléaire est au minimum 50 fois moins cher que celui des fossiles en importation. (900 Millions d’euros en uranium pour plus de 60 milliards des fossiles - 2014). Donc les 100 milliards pour mettre à niveau les centrales ne sont rien en comparaison avec l´augmentation des importations dû aux renouvelables. Exemple, l´Espagne a 20.000MW d’éolien et a dû installer 15.000MW au gaz et grâce à cela importe pour 6 milliards d’euros de gaz pour compenser l´intermittence, résultat fin des subventions dans les renouvelables. Le Japon importe presque tous ses combustibles fossiles. En raison de l'utilisation accrue de combustibles fossiles et de la hausse des prix internationaux du pétrole au cours des dernières années, le Japon a dépensé 60% de plus pour les importations de combustibles fossiles en 2013 par rapport à 2010, une augmentation de 270 milliards de dollars sur trois ans. Cela a inversé l'excédent commercial du Japon et a créé un creusement du déficit commercial. Les électriciens ont transférés une partie du coût élevé de la production d'électricité pour les consommateurs, et les prix ont augmenté d'au moins 20%. Retour au nucléaire. Le Danemark exporte quand il y a du vent son surplus pour les STEP de la Norvège à un prix dérisoire et le rachète au prix fort durant les périodes sans vent. Le Danemark subventionne l´électricité de la Norvège. Fin des investissements. Au XIX siècle les moulins à vent ont été remplacés par la machine à vapeur pour éliminer l´intermittence, aujourd’hui nous y revenons, les leçons de l´histoire ne servent à rien.

  • vanda100
    vanda100     

    Elle connaît bien le sujet des éoliennes. C'est une pollution dans les campagnes. Et celles qui sont en mer rapportent beaucoup à ceux qui les ont fabriquées et installées. mais le prix du KW est très cher. Mais les constructeurs n'ont rien prévu pour les démonter dans 15 ans.... Une belle pollution marine en perspective.

Votre réponse
Postez un commentaire