En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La SNCM a perçu 220 millions d'euros d'aides jugées illégales par Bruxelles.
 

La Commission européenne a, ce mercredi 20 novembre, annoncé qu'elle assigne la France devant la Cour de Justice de l'Union européenne. Celle-ci n'a pas voulu rembourser les aides publiques de 220 millions d'euros versées à la Société nationale Corse Méditerranée.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • benj90
    benj90     

    Oui, ce serait également un bon moyen de limiter les dérives.

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Bien sûr inclure les responsables en plus des syndicats vas de sois et serait déjà une grande avancée sociale pour notre Pays.

  • benj90
    benj90     

    Les syndicats ne représentent plus qu'eux mêmes et ne servent que leurs seuls intérêts. Votre idée de les faire passer à la caisse est intéressante. Malheureusement, ce n'est eux qui paieront la note.

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Je suis d'accord avec vous ce n'est pas le bon moment pour faire rembourser la France. Pour les 87 000 emplois concerné c'est malheureux mais il faudrait envoyer la note à la STC "Syndicat des Travailleurs Corses", à fo, cgt.. et tous les syndicats qui ont oeuvrés à couler cette belle entreprise... ça ne sera pas la première entreprise qu'ils auront couler en France...

  • benj90
    benj90     

    *pays en difficulté

  • benj90
    benj90     

    Je suis d'accord mais était-ce le bon moment pour faire rembourser la France? " Les aides d'Etat reçues par le secteur naval espagnol entre 2007 et 2011 devront être remboursées, a annoncé mercredi 17 juillet le commissaire européen chargé de la concurrence, Joaquin Almunia, tout en assurant que la décision n'affecterait pas les chantiers navals eux-mêmes Les constructeurs navals espagnols, regroupés dans l'association patronale Pymar, avaient averti que cette décision aboutirait à "la disparition des chantiers navals espagnols". Même s'ils ne sont pas directement concernés par le remboursement de ces aides, les chantiers navals jugent en effet inévitable que leurs partenaires se retournent contre eux." source le monde, résultat 87000 emplois menacés. La situation est difficile mais la comission enfonce les pays en difficultés.

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    La SNCM est une entreprise à perte financée par l'impôt des contribuable depuis de très longues années. Les employés sont quasiment tous syndiqués à la STC et bénéficient de conditions de travail digne de Google... A chaque fois que le contrat sur la continuité territoriale est discutés pas clientélisme celui-ci est accordé à chaque fois à la SNCM. D'autres sociétés de transport maritime existent "Corsica ferries" par exemple, beaucoup moins cher et tout aussi efficace. Mais pour autant c'est toujours les mêmes qui ont le contrat.... Ça sent le banditisme à plein nez tous ça....

  • timinet
    timinet     

    La SNCM? Un repaire de bandits subventionné par nos impôts!

  • jp89
    jp89     

    Vivement 2017 que la France sorte de cette mascarade qu'est l'Europe.

  • benj90
    benj90     

    Le retour du père fouettard alias la comission européenne (qui au passage est non élue).

Votre réponse
Postez un commentaire